L'artiste belge Plastic Bertrand a nié jeudi avoir avoué qu'il n'était pas l'interprète du succès de 1977 Ça plane pour moi et annoncé qu'il envisageait de porter plainte dans cette affaire.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Le journal belge Le Soir avait rapporté mercredi que le chanteur avait concédé lors d'une entrevue qu'il n'avait pas chanté ce titre, ni ses quatre premiers albums.

«Au bout de trois jours d'entrevues, je lui ai dit (au journaliste du Soir): «Je t'avoue tout ce que tu veux mais qu'on me foute la paix», sur le ton de l'ironie», a affirmé Plastic Bertrand à la radio Europe 1.

«C'est une phrase faite en «off» avec de l'humour», a-t-il ajouté, soulignant qu'il n'avait «pas changé d'un iota» sa version des faits.

En outre, le chanteur belge, qui s'est dit «écoeuré», a prévenu qu'il envisageait de donner une suite judiciaire à cette affaire.

«Bien sûr que je vais porter plainte», a-t-il révélé, sans toutefois dévoiler quel serait le motif de son action. «C'est mon avocat qui choisira».

Interrogé sur l'expertise demandée par un tribunal belge, Plastic Bertrand a contesté qu'elle attribue l'interprétation de Ça plane pour moi à son producteur de l'époque, Lou Deprijk, comme ce dernier le soutient.

Le rapport «ne dit jamais que c'est Lou Deprijk qui chante», s'est agacé l'artiste belge, martelant que l'expertise faisait seulement valoir que c'était un Ch'ti ou un Picard qui chantait.