Longs trajets en autobus, traversées en bateau, fatigue et tristes souvenirs: le groupe de heavy metal américain Metallica a dû utiliser ces derniers jours le système D pour tenir les dates de sa tournée européenne, malgré le nuage de cendres du volcan islandais.

ASSOCIATED PRESS

À Vilnius, en Lituanie, où Metallica donnait mercredi le deuxième concert européen de son World Magnetic Tour, le guitariste Kirk Hammett a expliqué aux journalistes que le groupe avait mis 28 heures à relier Oslo (Norvège) à Riga (Lettonie), contre un peu plus de deux heures habituellement en avion.

En septembre 1986, pendant une tournée européenne, le bassiste Cliff Burton était mort dans l'accident de l'autobus transportant le groupe, sur une route suédoise.

«Quand nous sommes remontés dans un autobus de nouveau cette semaine, et avons voyagé de nuit, j'ai réalisé que ces mauvais souvenirs sont toujours là. Je n'ai toujours pas surmonté ma peur des autobus. Mais le spectacle doit continuer», a raconté Kirk Hammett. «Je n'ai pas pu me détendre, en pensant, «wow, ces autobus ont beaucoup changé depuis». Ils sont tellement plus confortables... Ça faisait plus de 20 ans, depuis le drame, que nous n'avions pas utilisé ce moyen de transport.»

Metallica a donc relié Oslo à Stockholm, en Suède, en autobus vendredi, avant de prendre un bateau de croisière pour Riga en prévision du concert de samedi.

Cette traversée a fait le plus grand bonheur de fans ébahis de se retrouver sur le traversier avec le chanteur James Hetfield et le bassiste Robert Trujillo, en train de boire des bières dans le bar à karaoké bondé du bateau... en écoutant des passagers chanter — plutôt faux — du Metallica.

«C'était comme une grande fête, plutôt excitant», a expliqué Liga Viskinte, 23 ans, Lettone travaillant à Stockholm mais qui avait pris le bateau pour aller au concert de Riga.

Après Vilnius, Metallica prend le train jeudi pour la Russie... et ne sait pas trop encore comment le groupe regagnera ensuite les États-Unis.