Source ID:; App Source:

Les groupes hommage : plus vrais que les vrais!

D'origine autralienne, aujourd'hui installé en Angleterre, le groupe... (Photo: CMP Entertainment)

Agrandir

D'origine autralienne, aujourd'hui installé en Angleterre, le groupe hommage The Australian Pink Floyd sera au Centre Bell demain soir.

Photo: CMP Entertainment

Les groupes hommage font, pour la plupart, la tournée des bars en jouant plus ou moins fidèlement le répertoire de groupes rock mythiques. Mais il y a les autres, une poignée, comme The Australian Pink Floyd et le groupe québécois The Musical Box, qui comblent les fans purs et durs par leur souci maniaque du détail et se produisent aux Centre Bell, Olympia de Paris et autres Royal Albert Hall de ce monde.

Quand Roger Waters s'est arrêté deux fois au Centre Bell en 2006-2007, on aurait dit un groupe hommage qui jouait du Pink Floyd. Waters avait recruté dans son groupe non pas un, mais deux musiciens pour imiter la voix et le son de la guitare de David Gilmour. Pendant que le mercenaire en question se lançait dans les deux solos épiques de Comfortably Numb, Waters se promenait d'un bord à l'autre de la scène pour récolter les bravos même s'il jouait un rôle secondaire dans cette chanson.

 

Pour tout dire, il n'y a pas beaucoup de différence entre le groupe de Waters et le groupe hommage The Australian Pink Floyd, qui se produira au Centre Bell demain soir. Le groupe d'origine australienne, aujourd'hui installé en Angleterre, rend aussi bien cette musique tout en se permettant des clins d'oeil amusants, comme lorsqu'il substitue un kangourou au cochon géant de Pink Floyd.

The Australian Pink Floyd a une autre carte dans son jeu: il peut se permettre, comme il le fera demain soir, de reprendre l'intégrale de The Wall, un spectacle que très peu de fans de Pink Floyd ont vu puisqu'il n'a été donné que dans quelques villes et n'a pas été filmé.

«Nous sommes très fidèles à la musique de Pink Floyd, mais nous nous permettons une certaine liberté, explique le claviériste Jason Sawford, l'un des deux membres d'origine du groupe avec le guitariste Steve Mac. Nous utilisons parfois une certaine version live moins connue d'une chanson que nous intégrons dans une autre version, ce que Pink Floyd ferait aujourd'hui de toute façon. Pour The Wall, nous combinons plusieurs versions: l'album studio du même nom, le live Is There Anybody Out There? et des choses que Roger a faites en solo, et ça donne une approche originale.»

L'aspect visuel du spectacle est la création de Bryan Kolupski, spécialiste de l'animation par ordinateur, avec qui le groupe travaille depuis des années. Pas question donc d'emprunter le matériel de Pink Floyd: Kolupski crée son propre scénario visuel en accord avec les musiciens du groupe.

«En effet, ce que nous faisons n'est pas très différent de ce que fait Roger, reconnaît Jason Sawford. Je pense que plusieurs groupes de la génération de Pink Floyd et des Who sont devenus en quelque sorte des groupes hommage à eux-mêmes. Quand ils partent en tournée, tous les membres d'origine ne sont pas présents, il n'y en a qu'un ou deux avec des musiciens de studio. De toute façon, s'ils veulent continuer à jouer leur musique le plus fidèlement possible, ces groupes n'ont pas le choix: ils doivent reprendre la formule du groupe hommage. C'est un peu la musique classique d'aujourd'hui, et il faut des musiciens qui peuvent l'interpréter correctement.»

En devenant le chanteur de Yes, le Québécois Benoît David s'est rendu compte que son groupe hommage Close To The Edge était sans doute plus fidèle à Yes que Yes lui-même! «C'est l'une des premières choses qui m'ont frappé, dit-il. Avant, je devais cultiver les ressemblances, maintenant je dois cultiver les différences.»

«Souvent, les musiciens des groupes hommage connaissent mieux le répertoire que les musiciens d'origine parce qu'ils l'ont écouté de façon presque religieuse, tandis que les musiciens du vrai groupe cherchent à se renouveler et ne veulent pas nécessairement jouer leur musique comme dans le temps», ajoute le bassiste de Close To The Edge, Richard Lanthier.

Plus Genesis que Genesis!

Plus maniaque que The Australian Pink Floyd, il y a The Musical Box. Depuis 1993, ce groupe québécois a reproduit dans le moindre détail, y compris les interventions de Peter Gabriel entre les chansons, trois concerts du Genesis première époque: Foxtrot, Selling England By The Pound et The Lamb Lies Down On Broadway. Quand Mike Rutherford, le guitariste de Genesis, est venu les voir répéter lors de leur première tournée en Angleterre, en 2002, il a dit à la BBC que c'était «meilleur que le vrai». Cette année-là, le guitariste Steve Hackett a joué avec The Musical Box au Royal Albert Hall et Peter Gabriel a assisté à leur spectacle à Bristol avec ses filles.

En 2006, The Musical Box a poussé à l'extrême son souci du détail quand Phil Collins a offert de jouer avec eux au rappel d'un concert à Genève. Collins voulait jouer I Know What I Like (in Your Wardrobe), les gars de The Musical Box ont refusé. C'était la pièce The Musical Box ou rien, parce que c'est celle-là que jouait Genesis en rappel dans ce spectacle à l'époque! «Si jamais David Gilmour voulait monter sur scène avec nous, tu peux être assuré qu'il pourrait jouer la toune qu'il veut!», dit Jason Sawford, dont le groupe Australian Pink Floyd était l'invité musical lors de la fête du 50e anniversaire de naissance de Gilmour.

«Si Phil Collins avait refusé, pas grave, explique Serge Morissette, l'agent de The Musical Box. Il serait quand même venu voir notre spectacle, mais il n'aurait pas joué. Pour nous, ce n'était pas un coup de promotion. S'il avait vraiment insisté, on aurait pu jouer I Know What I Like avec lui en répétition l'après-midi, mais pas en spectacle.»

The Musical Box est plus Genesis que Genesis! Pas étonnant que Peter Gabriel ait permis au groupe d'utiliser toutes ses diapos pour son spectacle The Lamb Lies Down On Broadway. Plus fort encore, l'été dernier, Mike Rutherford et Tony Banks ont fait appel à Morissette pour synchroniser les diapos avec la musique de The Lamb pour le DVD d'un coffret qu'ils viennent de lancer.

Cette année, The Musical Box pousse l'audace encore plus loin en reconstituant le tout premier spectacle de l'ère Phil Collins, A Trick of the Tail. Le chanteur Denis Gagné, qui faisait un Peter Gabriel plus vrai que nature, joue maintenant le rôle de Phil Collins, avec sa barbe et son chandail de l'époque.

«Ce que nous faisons s'apparente plus à une comédie musicale», dit Gagné, qui, avec The Musical Box, a chanté 65 fois au Spectrum, trois fois au Centre Bell, quatre fois au Royal Albert Hall de Londres et six fois à l'Olympia de Paris.

«N'importe quel orchestre symphonique est un groupe hommage, ajoute Serge Morissette. Je dis que The Musical Box est plus une production théâtrale musicale. Elvis Story est une production théâtrale, pourtant c'est aussi un groupe hommage!»

_________________________________________________________________________________________

The Australian Pink Floyd jouera The Wall demain soir au Centre Bell. The Musical Box présentera le spectacle A Trick of the Tail au Centre Bell le 3 avril 2009.

 




À découvrir sur LaPresse.ca

  • Un Québécois chante avec Yes

    Musique

    Un Québécois chante avec Yes

    Yes, groupe mythique du rock progressif des années 70, a «emprunté» le chanteur Benoît David au groupe montréalais Close To The Edge pour sa tournée... »

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer