Alors qu'au printemps 2012 le 98,5 comptait le double des parts de marché de la Première Chaîne, il semble que l'écart se resserre entre les deux stations, selon les chiffres du sondage sorti hier pour la période du 26 novembre au 24 février.

Mis à jour le 8 mars 2013
Stéphanie Vallet LA PRESSE

Le 98,5 reste toujours numéro 1 des radios francophones avec 20,4% des parts de marché (-2%). La station de COGECO est suivie de près par sa cousine musicale Rythme (16,2%), en baisse de 2,4%, et Rouge fm (13,4%), la station d'Astral, qui enregistre une hausse (+1,1%) tout comme la Première Chaîne (+2%), quatrième au classement avec 13,3%.

Puisqu'il faut se lever de Paul Arcand reste en tête des émissions les plus écoutées avec 30,3% des parts de marché, malgré une perte de 16% du nombre de ses auditeurs face à René Homier-Roy, qui affiche une hausse de 4 points de pourcentage avec C'est bien meilleur le matin. L'émission aura ainsi progressé de 14,4% à 19% des parts de marché au cours de la dernière année.

Radio-Canada poursuit la remontée qu'elle a entamée la saison dernière et atteint des sommets avec sa programmation du week-end: les émissions du samedi matin, À la semaine prochaine de Philippe Laguë (+12%) et Samedi et rien d'autre de Joël Le Bigot (+19%), non seulement élargissent leur auditoire, mais occupent respectivement les deuxième et troisième places des émissions les plus écoutées. Même chose du côté de Dessine-moi un dimanche de Franco Nuovo, avec une augmentation de 12% de son auditoire.

Catherine Perrin semble avoir trouvé sa vitesse de croisière et enregistre une hausse de 26% de ses auditeurs. Elle avait déjà connu +24% lors des derniers sondages au début de l'automne. Pouvez-vous répéter la question? de Pierre Brassard continue sur sa lancée (+30%), tout comme Pas de midi sans info de Michel C. Auger (+27%).

Lock-out de la LNH

Pour Réal Germain, directeur général du 98,5, la légère baisse dans les parts de marché de la station s'expliquerait en grande partie par le lock-out de la LNH et le temps des Fêtes.

«Paul Arcand était en vacances pendant trois semaines et les amateurs de hockey ont beaucoup souffert du lock-out. On a connu un mois de février extraordinaire. On reste tout de même numéro un depuis six sondages consécutifs», dit-il.

Qu'en est-il des chiffres du week-end? «On est très content de Que le Québec se lève. L'émission affronte l'excellent Joël Le Bigot et d'autres nouveautés tout aussi bonnes. Le week-end, les gens ont une tradition d'écoute très forte. On continue à peaufiner notre programmation de fin de semaine. Il faut préciser qu'on n'était pas là avant cet automne, alors ça peut prendre du temps», ajoute Réal Germain.

Défi immense

Anne Sérode, la directrice de la Première Chaîne, se réjouit de la performance de la station de Radio-Canada.

«Quand Joël Le Bigot a quitté le dimanche et que Christiane Charette est partie, le défi était immense. Mais on a su élargir notre public, tout en gardant une offre typique du service public. Le week-end, nous avons un contenu de très grande qualité, sérieux, mais très ludique. En ce qui concerne C'est bien meilleur le matin, l'équipe a réussi a récupérer des auditeurs qu'on avait perdus. On espère toujours que le plus de gens possible nous écoutent, mais si ça veut dire faire comme la concurrence, ça ne nous intéresse pas», explique la directrice de la Première Chaîne.

Radio X continue à perdre du terrain avec 0,6% des parts de marchés, soit 0,2% de moins qu'au début de l'automne.

Toutes tranches horaires confondues en semaine, le 98,5 reste la radio la plus écoutée à Montréal, sauf en après-midi, où Rythme FM domine largement avec Rythme au travail entre 13 h et 16 h.

Chez les anglophones, CJAD et The Beat sont en tête avec 25% et 18,6% des parts de marché.