La Cour suprême des États-Unis se penche actuellement sur la réglementation par le gouvernement des jurons et de la nudité en ondes, alors que tant d'Américains sont abonnés à la télévision câblée non réglementée et que l'Internet est rempli de contenu adulte facilement accessible.

Publié le 10 janv. 2012
ASSOCIATED PRESS

Les  juges ont entendu des plaidoyers mardi dans une cause sur le Premier Amendement qui oppose l'administration Obama et les principaux réseaux de télévision.

Les éléments en question incluent l'utilisation isolée de jurons de même que des amendes infligées à des télédiffuseurs ayant montré les fesses d'une femme dans un épisode de NYPD Blue sur ABC en 2003.

Les télédiffuseurs veulent faire renverser une décision de 1978 qui confirmait l'autorité de la Federal Communications Commission de réguler le contenu tant à la radio qu'à la télévision, au moins durant les heures où les enfants sont susceptibles d'être à l'écoute. Cette période inclut les heures de grande écoute avant 22h.

À tout le moins, les réseaux affirment que les politiques de l'organisme sont trop complexes et floues, pénalisant l'usage de certains jurons dans la programmation régulière mais pas dans la diffusion de films, tels que Saving Private Ryan.

L'administration Obama soutient que la télévision traditionnelle et la radio demeurent dominantes même dans le contexte de l'explosion des communications. Le gouvernement estime que ces réseaux doivent demeurer un «refuge» de programmation plus modérée.