Le quotidien américain The Washington Post a suspendu l'une de ses journalistes, lauréate du prestigieux prix Pulitzer, qui a reconnu avoir plagié un journal local américain, sans le citer, dans un article sur la fusillade de Tucson.

Publié le 17 mars 2011
AGENCE FRANCE-PRESSE

Sari Horwitz a reconnu avoir utilisé des extraits «substantiels» de deux articles diffusés par le journal Arizona Republic sans attribution, a indiqué le quotidien.

L'article qui a fait l'objet d'un plagiat portait sur la fusillade de Tucson au cours de laquelle six personnes ont été tuées en janvier.

Dans un communiqué, le Washington Post présente ses excuses à ses lecteurs et au journal Arizona Republic pour cette «faute conséquente». «La politique du Post est que l'utilisation d'extraits qui viennent d'autres publications doivent être rigoureusement attribués», est-il écrit.

Marcus Brauchli, le directeur de la rédaction, a indiqué que la journal n'avait trouvé aucune autre forme de plagiat dont la journaliste se serait rendue coupable cette année.

La journaliste qui travaille pour le Post depuis 1984 s'est excusée dans un communiqué. «Je suis profondément désolée. Je veux m'excuser auprès de nos lecteurs, de mes amis et collègues, de mes éditeurs et du journal que j'aime», a-t-elle dit.

«Sous la pression d'un bouclage urgent, j'ai fait quelque chose que je n'avais jamais fait avant tout au long de ma carrière. J'ai utilisé le travail d'un autre journal comme si c'était le mien. Ce n'est pas bien. C'est inexcusable. C'est l'un des péchés capitaux du journalisme», dit-elle.

Elle avait remporté le prix Pulitzer avec un collègue en 2002 pour une enquête sur la mort d'enfants orphelins pris en charge dans des centres d'accueil à Washington.