L'enfant chéri de Gregory Charles souffle cinq bougies cette année. Pour célébrer, le Mondial Choral Loto-Québec de Laval convie le public à une programmation ambitieuse, avec des grands noms, comme Aznavour et Charlebois, dans des spectacles en plein air plus accessibles que jamais.  

Caroline Rodgers, collaboration spéciale LA PRESSE

Si la venue de Charles Aznavour est un événement en soi, le fait qu'il sera accompagné d'un choeur de 1000 voix et d'un orchestre symphonique ajoute un côté grandiose au spectacle, qui aura lieu le 21 juin au Centre de la nature de Laval. Le lendemain, la soirée anniversaire sera marquée par un concept unique au Mondial: les Feux du choeur. Un mélange de feux d'artifice, de chant choral accompagné par l'Orchestre symphonique de Québec, dans un répertoire reprenant les plus grands succès du Cirque du Soleil.

On aura aussi droit à Robert Charlebois pour la Fête nationale le 23 juin, à Mes Aïeux le lendemain, et à un trio formé de Michel Rivard, Daniel Lavoie et Paul Piché le 25. Tout ce beau monde sera évidemment accompagné de choeurs, comme il se doit. Ensuite, l'opéra Carmen de Georges Bizet sera présenté dans la rue sous forme d'opéra urbain. Et pour couronner la programmation extérieure, un marathon choral offrira 29 heures de musique consécutive sur le parvis de l'Église Sainte-Rose.

«Je veux entendre du chant grégorien à quatre heures du matin», lance Gregory Charles, qui entend bien mettre sa légendaire endurance à l'épreuve en tenant le coup pendant ces 29 heures. Il faut dire qu'il se retrouve comme un poisson dans l'eau au Mondial, lui qui a commencé à faire du chant choral à Laval même, en 1985.

L'idée

C'est pendant une de ses émissions de radio que l'idée du Mondial lui est venue. Il n'en fallait pas plus pour qu'il lance l'idée aux instances municipales lavalloises. «Ils m'ont dit: tu es malade, mais on va t'appuyer!» se souvient-il.

Au départ, il espérait que son bébé survive cinq ans. Mission accomplie: cette année, le Mondial Choral recevra environ 10 000 choristes qui présenteront plus de 200 spectacles dans les diverses salles et églises de la ville. Et d'ici 5 à 10 ans, on devrait en recevoir plus de 20 000.

«Nous avons trouvé notre vraie nature en mélangeant de la musique populaire au répertoire plus classique, dit-il. Ce que j'aime de cet événement, c'est qu'on peut aussi bien y entendre une messe à gogo qu'une messe de Mendelssohn.»

La plupart des genres musicaux se prêtent d'ailleurs au chant choral et sont représentés au Mondial : rock, hip-hop, grégorien, contemporain et country se côtoient sans complexe.

Plusieurs nouveautés

Pour mieux convaincre les Montréalais de franchir ce que Gregory Charles appelle «la barrière psychologique de traverser la rivière pour venir à Laval», on n'a pas lésiné sur les moyens cette année.

Un laissez-passer vendu 10$ permettra d'assister à l'ensemble des spectacles, en plus de donner accès à un service de navettes de la Société de transport de Laval, nouveau partenaire. « Les gens n'ont vraiment plus aucune excuse pour ne pas venir», dit le chanteur.

Parmi les nouveautés, signalons le Cercle des auteurs, qui présentera sept auteurs-compositeurs de la relève musicale. «L'idée m'est venue en pensant aux choeurs du théâtre grec, explique Gregory Charles. Leur mission sera de nous présenter des oeuvres avec des thèmes comme on en trouvait dans ces tragédies, comme les amours impossibles.»

Le Mondial recevra également un artiste de marque peu connu du public d'ici, mais star mondiale du chant choral. Il s'agit du compositeur contemporain Éric Whitacre, qu'il qualifie de «Kent Nagano du chant choral».

Quant aux années futures, elles s'annoncent fertile, car Gregory Charles ne manque pas d'idées audacieuses.  J'aimerais faire venir Metallica, et les faire jouer avec un choeur», dit-il. Rien de moins!