David Morrell est l'auteur de nombreux best-sellers, dont Premier sang, adapté au cinéma sous le titre de Rambo. Dans Portrait de l'assassin en artiste, il nous propose un thriller historique dont l'action se passe dans les rues du Londres victorien.

Mis à jour le 22 sept. 2014
Norman Spenher LA PRESSE

En novembre 1854, l'écrivain Thomas de Quincey, auteur des Confessions d'un mangeur d'opium, publie le troisième volet de son essai controversé De l'assassinat considéré comme un des beaux-arts, dans lequel il décrit, dans les moindres détails, une des plus célèbres affaires criminelles de l'époque: les meurtres de Ratcliffe Higway.

Un mois après la publication du livre, une famille entière est massacrée dans des conditions parfaitement identiques.

En visite à Londres avec sa fille Emily, De Quincey est le suspect idéal. L'inspecteur Sean Ryan et l'agent Becker sont chargés de la délicate enquête, qu'ils mèneront avec la collaboration de l'écrivain, en proie aux effets du laudanum, et de sa fille, une jeune femme délurée et courageuse.

Le récit combine efficacement une intrigue policière mouvementée et une reconstitution bien documentée de l'époque, avec en prime une évocation érudite de la vie littéraire du temps.

* * * 1/2

Portrait de l'assassin en artiste. David Morrell. Marabout, 442 pages.