Source ID:381825; App Source:cedromItem

La guerre des saints : se lit d'une traite, sourire en coin ***1/2

Andrée LeBel
La Presse

Un livre aussi délicieux que les traditions religieuses en Sardaigne. Ce deuxième roman de Michela Murgia se lit d'une traite, sourire en coin.

Le titre fait référence à un événement qui s'est déroulé à Crabas, le village natal de l'auteure, dans les années 80. Dans les 60 premières pages, on voit se développer l'amitié de trois enfants d'une dizaine d'années.

Maurizio passe l'été chez ses grands-parents, fait les 100 coups avec Franco et Giulio. Il découvre aussi la solidarité d'une communauté à travers les histoires que racontent les vieillards le soir devant la porte de leur maison. La création d'une deuxième paroisse scinde la communauté en deux clans.

C'est à la fois un roman d'apprentissage, un portrait ethnologique de la Sardaigne et une chronique de la vie d'un village où se mêlent ironie et poésie. Le conflit culmine lors de la traditionnelle procession de la Rencontre, qui connaît un dénouement inattendu. C'est une sorte de guerre des boutons sarde.

Seul bémol, quelques aventures rocambolesques des enfants ne sont pas vraiment intégrées à l'histoire principale. Mais cela n'enlève rien au remarquable talent de conteuse de Michela Murgia.

* * * 1/2

La guerre des saints. Michela Murgia. Seuil, 120 pages.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer