Quand on lit Le magicien d'Oz, on se rend compte combien l'oeuvre de L. Frank Baum a été condensée dans le film de Victor Fleming qui, bien que fabuleux, ne fait qu'effleurer ce qui s'est passé le long de la route de briques jaunes.

Sonia Sarfati LA PRESSE

Un bonheur, donc, que de (re)plonger dans les aventures de Dorothy, de l'épouvantail, du lion peureux et du bûcheron en fer-blanc, dans la nouvelle traduction de Blandine Longre et dans une collection qui, le risque est grand mais il est beau, va offrir l'intégralité du cycle «ozien», écrit entre 1900 et 1919 et jusqu'ici pour ainsi dire inédit en français.

On parle de 14 récits, que Le cherche midi publiera en sept tomes. Le premier, Le cycle d'Oz: volume 1, regroupe Le magicien d'Oz et sa suite, Le merveilleux pays d'Oz, qui met en scène un garçon appelé Trip, un bonhomme à tête de citrouille, un cheval de bois, une armée de filles en colère.

On y suit une quête parsemée d'embûches et un coup d'État menant à des révélations surprenantes. C'est drôle, original, pas moralisateur, bon enfant. On en émerge en souriant, l'imagination en effervescence.

* * * *

Le cycle d'Oz: volume 1. L. Frank Baum. Le cherche midi. 399 pages.