Après une soirée à l'opéra, Mr et Mrs Ransome, archétypes des bourgeois britanniques, snobs, conventionnels et sûrs de leur bon droit, reviennent à la maison pour constater que leur appartement a été vidé.

Marie-Claude Girard LA PRESSE

Tout a disparu, jusqu'à la moquette et le papier de toilette. Tandis que monsieur retourne au bureau, madame, poussée par la nécessité, commence à explorer le monde. Terrible et délicieuse transgression, elle pousse la porte de l'épicerie du Pakistanais à deux pas de chez elle.

Des choses impensables surviennent: elle achète une mangue, de la patate douce et, comble de l'exotisme, un pouf «sac à haricots»... Son monde se fissure. Le dépouillement matériel sera bénéfique à cette dame effacée qui ne dit jamais mot. Moins à son mari, idiot méprisant obsédé du mot juste.

Dramaturge bien connu en Grande-Bretagne, (le TNM a présenté en 2007 sa Leçon d'histoire), Alan Bennett a connu un certain succès l'année dernière en France avec La reine des lectrices, dans lequel la reine Elisabeth met la maison Windsor en pagaille en acquérant une passion pour la littérature.

Denoël profite de ce nouvel intérêt pour rééditer en français ce drôle et très court roman, satire mordante de la bourgeoisie. Bennett maîtrise l'ironie grinçante, les dialogues absurdes. Sans pitié, il dépeint la vie de couple pétrie de conventions, étouffée par trop d'objets inutiles et de non-dits.

On s'amuse beaucoup. Mais on en retient aussi une joyeuse mise en garde contre le repli sur soi. Contre les habitudes et préjugés que chacun s'impose et qui rétrécissent la vision de sa propre vie et la vie elle-même.

__________________________________________________________________________

* * * 1/2

La Mise à nu des époux Ransome. Alan Bennett. Denoël & d'ailleurs. 159 pages, 23,95 $.