Brave: le livre choc de Rose McGowan

Figure emblématique du mouvement #metoo, l'actrice Rose McGowan... (photo Paul Sancya, archives associated press)

Agrandir

Figure emblématique du mouvement #metoo, l'actrice Rose McGowan raconte son histoire dans son livre Brave. 

photo Paul Sancya, archives associated press

Bien avant les enquêtes du New York Times et du New Yorker, Rose McGowan avait sonné l'alarme à propos des agissements du producteur de cinéma Harvey Weinstein. Dans un livre percutant, à mi-chemin entre l'autobiographie et le manifeste féministe, cette actrice, réalisatrice, auteure, musicienne et militante raconte les agressions dont elle aurait été victime et dénonce Hollywood, une industrie qui traite les femmes comme une marchandise.

Une enfance tumultueuse

Le moins qu'on puisse dire, c'est que Rose McGowan n'a pas eu un parcours facile. Née en Italie au sein de la secte Les Enfants de Dieu (aussi connue sous le nom de La Famille), elle a connu l'intimidation, la violence psychologique et physique, la pauvreté. Son père, polygame, a quitté le groupe lorsqu'il a constaté les pratiques pédophiles du gourou David Berg, alias Moïse. Transplantée aux États-Unis, McGowan a vécu tour à tour en Oregon, au Colorado et dans l'État de Washington, parfois avec sa mère - une femme qui a été souvent victime d'agressions de la part de ses conjoints - et parfois avec son père violent et maniacodépressif (à noter que la grand-mère paternelle de l'actrice, Nora, était québécoise). Adolescente, McGowan s'est enfuie et a vécu dans la rue. Dire qu'elle est résiliente est un euphémisme.

Les débuts de sa carrière

D'une secte à une autre. C'est par ces mots que Rose McGowan décrit son entrée dans l'industrie du cinéma. La jeune femme commence à faire des films par «accident». Elle souhaite gagner de l'argent rapidement, car son père, chez qui elle est retournée, lui réclame une pension. Elle se fait remarquer dans The Doom Generation de Gregg Araki. De fil en aiguille, elle tourne plusieurs films avec différents réalisateurs, dont Scream avec Wes Craven, de qui elle dit beaucoup de bien. Elle tiendra également le rôle de Paige Matthews dans Charmed de 2001 à 2006. Dans Brave, elle écrit que dès ses débuts, elle n'a pas aimé la manière dont cette industrie traitait les femmes.

Bien avant les enquêtes du New York Times et du... (Photo archives AP) - image 2.0

Agrandir

Photo archives AP

Le monstre

Invitée au Festival de Sundance en 1997 pour le film Going All the Way, Rose McGowan est déjà une petite sensation. Conviée dans la suite du producteur Harvey Weinstein pour un «meeting professionnel», la jeune femme affirme avoir été agressée sexuellement par celui qu'elle surnomme «le monstre» dans son livre. Elle a 24 ans, il est considéré comme «Dieu» dans l'industrie du cinéma. McGowan acceptera un dédommagement en échange de son silence. Elle dit qu'à partir de ce moment, son nom se retrouve sur une liste noire à Hollywood. En 2016, bien avant la publication des enquêtes du New York Times et du New Yorker, l'actrice dénonce Weinstein, sans le nommer, sur Twitter, avec le mot-clic #whywomendontreport. En ouverture du livre, elle affirme que pendant la rédaction de son livre, elle a été harcelée, espionnée, son manuscrit a été volé et sa vie a été épiée par des espions israéliens embauchés par Weinstein - une pratique qui a été confirmée par une enquête du New Yorker.

Ben Affleck

En sortant de son «rendez-vous» avec le producteur de cinéma à Sundance, Rose McGowan se rend à une activité de promotion pour le film Phantoms, dans lequel elle tient la vedette avec Ben Affleck. Quand l'acteur la voit tremblotante et sous le choc, il s'écrie: «Je lui avais dit de ne pas recommencer», rapporte McGowan. Tout au long du livre, la comédienne dénonce le silence complice de l'industrie - agents, relationnistes, réalisateurs, acteurs.

Brave, de Rose McGowan... (image fournie par Harper Collins) - image 3.0

Agrandir

Brave, de Rose McGowan

image fournie par Harper Collins

RR

Rose McGowan a une vie amoureuse tumultueuse qu'elle raconte en détail dans son livre. Parmi les relations qui ont compté pour elle, celle avec le chanteur Marilyn Manson qui durera environ trois ans. L'autre «monstre» du livre est le réalisateur Roberto Rodriguez, qu'elle surnomme RR, un manipulateur narcissique, jaloux et possessif avec qui elle a tourné deux films. Elle raconte qu'il lui a fait subir un test de détecteur de mensonges pendant un tournage car il la soupçonnait d'entretenir une relation avec Quentin Tarantino, un fétichiste des pieds, écrit-elle...

Est-ce un bon livre?

Brave (dont la version française, Debout, sort le 28 février) est un livre qu'on peut difficilement lâcher tellement la vie de Rose McGowan est digne d'un scénario de film. Elle écrit bien, a le sens du punch, et on peut dire qu'elle ne manque pas de matière première. Lorsqu'elle dénonce le machisme et la misogynie d'Hollywood, elle est animée d'une colère sincère. L'actrice ne cache pas sa rage et espère sincèrement que son histoire servira d'avertissement aux plus jeunes. On le souhaite.

______________________________________________________________________

Brave. Rose McGowan. Harper Collins. 272 pages.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer