Un jugement rendu lundi dernier par la Cour supérieure a reconfirmé l'entente conclue en 2005 entre Hélène Desputeaux et les Éditions Chouette et Christine L'Heureux, en estimant qu'elle n'avait pas à intervenir dans ce conflit qui dure depuis 21 ans autour des droits du célèbre personnage de Caillou.

CHANTAL GUY LA PRESSE

Le tribunal a donc rejeté la demande pour jugement déclaratoire de Mme Desputeaux, qui voulait que cette entente prévale sur la sentence arbitrale de 1997, de même que la demande pour abus de procédures des Éditions Chouette et de Mme L'Heureux.

Simon Payette, des Éditions Chouette, joint par La Presse, estime «avoir gagné sur le fond» et «souhaite ardemment que ce conflit soit terminé».

De son côté, l'avocat d'Hélène Desputeaux, Me Normand Tamaro, se réjouit qu'un juge ait confirmé cette entente, «car cela donne plus de poids et de crédibilité lorsque ma cliente dit qu'elle a le contrôle de ses oeuvres».