Les libraires, mauvaise habitude, lisent des livres, les font découvrir à leurs clients-lecteurs en leur en parlant ou en leur en vendant. Pas toujours au rabais...

Publié le 23 nov. 2013
Daniel Lemay LA PRESSE

Les libraires du Québec remettent aussi un prix, décerné par eux à partir de ce qui doit être la plus longue liste de finalistes de l'histoire de l'homo lector: 24 titres répartis en 2 catégories, Roman québécois et Romans hors Québec. Celle de 2013 a été rendue publique hier au Salon du livre.

Puisés au hasard dans la liste Québec où se confirme le changement de la garde, tant chez les auteurs que chez les éditeurs: Quand j'étais italienne, le récit de colère de Sylvie Laliberté, publié par Somme toute; Jeanne chez les autres, roman «hyper poqué» de Marie Larocque, chez Tête première; Les fausses couches, de Steph Rivard, publié chez... Ta mère; le «lourd» monologue d'une voix féminine sur «l'horreur domestique» de Maxime-Olivier Moutier, Scellé plombé, au Marchand de feuilles.

Et le premier roman de la traductrice Lori St-Martin (Les portes closes, Boréal) et le cinquième du dramaturge Larry Tremblay (L'orangeraie, Alto). Voir la liste complète au www.alq.qc.ca.

Des titres de la liste «Hors Québec», on peut dire que Canada de l'Américain Richard Ford - le roman a peu à voir avec le pays de ce nom - vient de remporter le Femina étranger, est une bonne affaire pour le Boréal qui l'a publié ici en traduction. Et que l'Australien Jeremy Chambers continue sa formidable entrée sur la scène littéraire internationale avec Le grand ordinaire, publié chez Grasset.

René Homier-Roy, lui, a aimé Traders, hippies et hamsters de Marina Lewycka (Alto), un regard sur la vie des communes dans les années 60.

Les Prix des libraires seront remis en mai. La liste complète des finalistes à prixdeslibraires.qc.ca