Après l'autobus du show-business, voici l'autobus - et les abribus - du livre: jusqu'au 10 janvier prochain, les usagers de la STM pourront télécharger gratuitement, sur leur appareil mobile, le premier chapitre de 41 livres québécois récents (Senécal, Brouillet, Penny, Tremblay-d'Essiambre, etc.), en scannant des codes dans 125 autobus et 50 abribus du centre-ville et des têtes de réseaux du métro. Pour lire les chapitres suivants, il leur suffira d'emprunter ces livres en version papier ou numérique dans une bibliothèque de la ville ou de les acheter à ruedeslibraires.com.

Mis à jour le 23 oct. 2013
Marie-Christine Blais LA PRESSE

À la suite d'initiatives similaires à Bucarest, Philadelphie et Mexico, ce projet pilote, lancé dans le cadre de la 2e Saison de la lecture, s'inscrit dans la vaste campagne «Lire vous transporte» de la Société des transports de Montréal, en collaboration avec l'Association des libraires du Québec et les 45 bibliothèques de la ville.

Le principe est simple: il suffit de glisser son téléphone intelligent, sa tablette ou sa liseuse devant le code QR ou d'y entrer l'adresse URL correspondant au livre qui nous intéresse (en s'assurant au préalable d'avoir sur son appareil mobile une application de lecture de code QR). On trouvera ces codes imprimés sur les flancs ou les voussures publicitaires à l'intérieur des autobus, dans les abribus désignés ainsi que sur le site de la STM.

Polars, romans, livres jeunesse, biographies, essais et livres pratiques sont tous représentés: «Les 41 livres choisis sont québécois, récents, et devaient évidemment exister en version numérique dans le réseau de bibliothèques», a expliqué Katherine Fafard, DG de l'Association des libraires du Québec.

Tremblement de mère de Diane Lavoie, Pourquoi Bologne? d'Alain Farah, Artéfact de Carl Leblanc, le Guide du Montréal créatif de Jérôme Delgado ou L'atelier de Daniel Vézina sont au nombre des livres sélectionnés - d'ailleurs, une vingtaine d'auteurs étaient présents au dévoilement de ce projet pilote dont l'objectif est simple, estime Michel Labrecque, président du CA de la STM: «Prendre les transports en commun, c'est prendre du temps pour faire autre chose que pester contre l'heure de pointe, contre le déneigement ou contre les bouchons de circulation: ça s'appelle lire!»

_______________________________________________________________________________

Infos: lirevoustransporte.com