Après avoir visité l'Irlande, Londres et le Portugal, un Québécois qui se dit écrivain, mais qui semble en douter, arrive au Maroc. S'amorce alors un long voyage au Maghreb à l'issue duquel il souhaite rejoindre l'Égypte, et de là partir vers l'Inde, but qu'il s'est fixé en quittant Montréal.

Daniel Dubrûle LA PRESSE

Ce court roman de 187 pages, quatrième de la série, se lit d'une traite grâce à l'écriture directe et sans artifice qui caractérise Louis Gauthier depuis le début de son cycle.

Paumé et solitaire, le personnage principal, alter ego de l'auteur, est d'abord à la recherche de lui-même. Jamais heureux là où il est, il a toujours envie d'être ailleurs pour se rendre compte qu'il arrive trop tard à sa nouvelle destination. Il fuit un amour qu'on devine terminé même s'il semble entretenir un vain espoir de le ressusciter à son retour au pays.

L'histoire se déroule à la fin de 1979 et au début de 1980 et le personnage, plutôt apolitique, nourrit aussi l'espoir d'avoir quitté une province usée pour revenir dans un pays neuf. Même si elles ne sont pas écrites, le lecteur devine que le personnage n'en a pas fini avec ses désillusions. Louis Gauthier nous plonge dans le tourbillon des villes, des places publiques et des gares visitées avec une économie de mots exemplaire. Il n'y a dans les récents ouvrages de Louis Gauthier aucun mot inutile. Une véritable leçon d'écriture.

__________________________________

Voyage au Maghreb en l'an mil quatre cent de l'Hégire

Louis Gauthier

Fides, 187 pages

***1/2