Elle s’ennuyait ferme dans un train. Alors pour passer le temps, l’autrice et populaire instagrammeuse a décidé d’inviter ses fidèles abonnés (plus de 1 million) à lui envoyer leurs plus « croustillants » secrets. En quelques minutes, les messages ont afflué, tous plus intimes, lourds et remuants les uns que les autres. Une enquête sur le sujet s’imposait.

Publié le 5 février
Silvia Galipeau
Silvia Galipeau La Presse

« On m’a toujours caché l’identité de mon père, car je pense qu’il était un nazi », « J’ai une liaison depuis deux ans avec mon beau-frère », « J’ai caché ma grossesse pendant neuf mois », « J’ai été violée à 5 ans par le voisin de ma grand-mère… » Ça vous donne une idée du ton. Grave. Dérangeant par moments.

C’est ainsi que Morgane Ortin (à qui l’on doit Amours solitaires, le compte Instagram, duquel ont découlé deux romans homonymes fascinants), après avoir archivé les textos amoureux de ses abonnés, décortique ici leurs plus intimes secrets. Mi-enquête sociologique (pourquoi on cache, à qui, quand ?) – quoique jamais voyeuse, l’autrice cherchant plutôt ici à percer les mystères d’une parole que l’on tait –, mi-autofiction, Morgane Ortin se mouille et ose creuser ses propres secrets (fictifs ? ) de famille. Et ils sont tout aussi bouleversants.

Une lecture intéressante, malgré plusieurs redites ici ou là, habilement construite, dont on apprécie particulièrement la conclusion. Émancipatrice. En gros : libérons enfin la parole. Parce que non, le secret n’a pas grand-chose de bon.

Le secret

Le secret

Albin Michel

231 pages