L’animateur et journaliste Yanick Villedieu a pris la plume pour devenir romancier. Illustré par Sabrina Gendron, L’oiseau rare, publié le 12 mai aux éditions MultiMondes, raconte le parcours de Mélodie, jeune merle femelle habillé de feuilles au lieu de plumes. Entrevue en quatre points.

Marie Allard
Marie Allard La Presse

Conte sur la différence

Mélodie Merle naît le 11 mai, à 11 h 11, ce qui est un bon présage, comme le savent les enfants. Au lieu de plumes, l’oiselle est vite couverte… de feuilles. « Originalement, cette histoire était pour ma fille Anaïs », dit Yanick Villedieu, joint chez lui à Saint-Antoine-de-Tilly. Quel âge a-t-elle aujourd’hui ? « Elle a 42 ans, répond en riant le journaliste scientifique. J’avais commencé, puis j’ai abandonné, puis recommencé… »

Sa retraite de Radio-Canada, où Yanick Villedieu a animé Les années lumière jusqu’en 2017, lui a permis de se remettre au travail. « Ça m’a amusé de faire un conte philosophique, sur la différence d’abord, indique-t-il. Mélodie n’est vraiment pas comme les autres. Ça m’a aussi permis de mettre quelques réflexions, notamment sur la mort. » Jaune, un attachant chat âgé souffrant de sénilité, meurt en cours de récit.

Observer les oiseaux

L’oiseau rare donne envie d’admirer les oiseaux – des fiches présentent d’ailleurs 24 espèces à identifier au Québec, à la fin du roman. « Observer les oiseaux, c’est vraiment un cadeau permanent, estime Yanick Villedieu. Ça permet de s’intéresser à ce qu’il y a autour de nous et, en particulier, aux sciences naturelles. »

  • Extrait de L’oiseau rare

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

    Extrait de L’oiseau rare

  • Extrait de L’oiseau rare

    ILLUSTRATION FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

    Extrait de L’oiseau rare

1/2
  •  
  •  

Son roman « est pour les 8 à 88 ans », blague Yanick Villedieu, en paraphrasant le Journal Tintin. Si les enfants s’attardent à l’oiseau Mélodie et à son amie la fillette Ana, les adultes noteront les nombreux clins d’œil (autant à Jean de La Fontaine qu’à Rachel Carson, autrice de Printemps silencieux, un livre fondateur du mouvement écologiste). Il y a même RDO, la Radio des Oiseaux, qui diffuse l’incroyable histoire de l’oiseau à feuilles…

Doux et vaporeux

C’est Sabrina Gendron qui a donné vie aux personnages, animaux comme humains. « J’ai fait des dessins au pastel sec et au crayon de bois, explique-t-elle. J’utilise souvent ces médiums, c’est texturé, doux et un peu vaporeux. J’aime l’ambiance que ça donne. »

Bien sûr, l’illustratrice s’est renseignée sur les espèces d’oiseaux. « Même s’ils sont stylisés dans les illustrations, c’était important d’être fidèle à l’espèce, fait-elle valoir. J’ai même trouvé des références pour le personnage de Mélodie, l’oiseau à feuilles, car elle devait tout de même avoir les proportions d’un merle d’Amérique. »

PHOTO FOURNIE PAR SABRINA GENDRON

Sabrina Gendron

Ordre du Canada

L’oiseau rare « a été un des premiers plaisirs de [la retraite » de Yanick Villedieu. Le journaliste planche maintenant sur une histoire du sida, beaucoup plus compliquée à écrire – de quoi y laisser des plumes…

En décembre, Yanick Villedieu a été nommé au sein de l’Ordre du Canada, « pour son illustre carrière de journaliste scientifique et son talent de vulgarisateur, ayant permis de démystifier la science pour des générations de Canadiens », selon le site du gouverneur général. « J’étais tout à fait étonné, assure Yanick Villedieu. C’est sympathique. »

La remise officielle à Rideau Hall n’a pas encore eu lieu – il faut dire que la pandémie et la démission de la gouverneure générale Julie Payette compliquent les célébrations. « J’aurais eu la bise de Julie Payette, relève Yanick Villedieu, mais manifestement, elle ne fait plus de bises… »

PHOTO FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

L'oiseau rare, texte de Yanick Villedieu, illustrations de Sabrina Gendron, éditions MultiMondes, dès 8 ans.