Une sélection d’essais stimulants qui alimenteront sans doute le débat public cette année

Nathalie Collard Nathalie Collard
La Presse

Kuei, je te salue

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Kuei, je te salue, de Natasha Kanapé Fontaine et Deni Ellis Béchard

La poète et le romancier reprennent un dialogue entamé en 2016. Leurs échanges portent sur l’actualité de la dernière année : assassinat de George Floyd, mouvement Black Lives Matter, élections américaines et, bien entendu, la mort tragique de l’Atikamekw Joyce Echaquan à l’hôpital de Joliette, dans un contexte de racisme qui a indigné tout le Québec. Avec comme toile de fond un réel désir de réconciliation, voilà une conversation nécessaire entre deux êtres sensibles et intelligents.

Kuei, je te salue
Natasha Kanapé Fontaine et Deni Ellis Béchard
Écosociété
En librairie

Des âmes et des saisons

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Des âmes et des saisons, de Boris Cyrulnik

Nous ne sommes pas supérieurs à la nature, nous en faisons partie, affirme le célèbre neuropsychiatre dans le plus récent essai sur la condition d’humain qui s’inscrit dans une démarche écosystémique. Comme d’autres penseurs de l’environnement avant lui (comme David Suzuki), Cyrulnik nous rappelle que nous sommes à la croisée des chemins, et que si nous ne changeons pas notre rapport à l’autre, au monde et à l’environnement, nous nous dirigeons vers un mur. Un livre qui brasse la cage.

Des âmes et des saisons
Boris Cyrulnik
Psycho-écologie
Odile Jacob
Février

J’attends de toi une œuvre de bataille

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

J’attends de toi une œuvre de bataille, de Pierre Elliott Trudeau et Pierre Vadeboncœur

Une amitié contre vents et marées. C’est ainsi qu’on pourrait décrire le lien qui unissait Pierre Vadeboncœur et Pierre Elliott Trudeau, liés de la petite école jusqu’à leur dernier souffle. Leurs échanges racontent tout un pan de l’histoire du Québec et du Canada, leurs disputes témoignent de l’essor du mouvement nationaliste québécois. Quant à leur correspondance, elle nous fait regretter l’époque où on s’écrivait de vraies lettres dans lesquelles on prenait le temps de développer ses idées et de soigner son style.

J’attends de toi une œuvre de bataille, Correspondance 1942-1996
Pierre Elliott Trudeau et Pierre Vadeboncœur
Lux éditeur
Février

Plus aucun enfant autochtone arraché

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Plus aucun enfant autochtone arraché, de Samir Shaheen-Hussain

Pédiatre, l’auteur a également été membre de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec, mieux connue sous le nom de commission Viens. Dans cet essai très documenté, il se penche sur le racisme systémique à l’endroit des Autochtones dans le système de santé canadien. Le médecin revient entre autres sur l’interdiction pour les parents d’accompagner leur enfant lors d’une évacuation aéromédicale, pratique dénoncée dans nos pages il y a quelques années. Un livre qui arrive à point.

Plus aucun enfant autochtone arraché – Pour en finir avec le colonialisme médical canadien
Samir Shaheen-Hussain
Lux Février

Où suis-je ?

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres, de Bruno Latour

Le philosophe Bruno Latour s’est inspiré de la nouvelle de Kafka La métamorphose pour expliquer comment le confinement nous a changés. En entrevue dans L’Obs, il dit ceci : « Dès le début, le lien entre la crise sanitaire et la crise écologique m’est apparu comme une évidence. La première est une crise dont on trouvera une solution à court terme ; la seconde, une mutation sans retour. » Selon lui, il faut oublier l’idée que tout reviendra comme avant. Nous entrons dans un nouveau monde.

Où suis-je ? Leçons du confinement à l’usage des terrestres
Bruno Latour
Éditions La Découverte Février

De sable et de neige

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

De sable et de neige, de Chantal Thomas

Après nous avoir parlé de sa mère dans Souvenirs de la marée basse, Chantal Thomas évoque son père dans ce texte qui se promène entre la mer de son enfance (Cap Ferret et le bassin d’Arcachon) et la neige de Kyoto (qu’elle nous avait fait visiter dans Café Vivre). Encore un beau voyage personnel littéraire en compagnie d’une des plus belles plumes françaises.

De sable et de neige
Chantal Thomas
Mercure de France
Février

La fille de cinquante ans

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

La fille de cinquante ans, de Malin Lindroth

Ce livre, à mi-chemin entre le récit et l’essai, nous arrive précédé de très bonnes critiques dans son pays, la Suède, paradis de l’égalité hommes-femmes, mais où la femme de 50 ans ne semble pas s’en tirer beaucoup mieux qu’ici. Cette question — le vieillissement des femmes — était au cœur de plusieurs romans qui ont remporté beaucoup de succès l’automne dernier. L’autrice s’interroge sur la perception que nous avons des femmes qui vivent en solo. Hors du couple, point de salut ? Ce livre propose une autre piste de réflexion.

La fille de cinquante ans
Malin Lindroth
Globe
Février

Un café avec Marie

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Un café avec Marie, de Serge Bouchard

Ce recueil n’aurait pas dû porter ce titre. Mais la vie a fait en sorte que pour la deuxième fois, Serge Bouchard a perdu sa compagne, morte des suites d’un cancer. Il en parle dans certains textes, les autres sont des essais qu’il a écrits pour son émission C’est fou… sur ICI Première. Toujours le même regard perçant, les mêmes observations fines et partout, la présence de Marie-Christine Lévesque, complice, amoureuse et alter ego.

Un café avec Marie
Serge Bouchard
Boréal
Mars

Prendre parole

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Prendre parole — Lettres de la (plus si jeune) relève journalistique, sous la direction de Marie-Ève Martel et Gabrielle Brassard-Lecours

En 2018, Marie-Ève Martel avait publié Extinction de voix, un excellent ouvrage sur l’information en région. Elle revient avec ce collectif codirigé avec Gabrielle Brassard-Lecours, cofondatrice de Ricochet, prof de journalisme à Concordia et présidente de l’Association des journalistes indépendants. Sept journalistes, qui déplorent qu’on entende toujours le même monde s’exprimer sur le sujet, font part de leur vision du métier ainsi que de leurs propositions pour relever certains défis auxquels font face les médias d’information.

Prendre parole/Lettres de la (plus si jeune) relève journalistique
Sous la direction de Marie-Ève Martel et de Gabrielle Brassard-Lecours Somme toute
Avril

Libérer la culotte

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Jaquette provisoire de Libérer la culotte, collectif dirigé par Geneviève Morand et Nathalie-Ann Roy

« Si dans Libérer la colère, nous déclarions être des féministes frustrées, nous constatons dans Libérer la culotte que nous sommes aussi mal baisées. » Le ton est donné, et il est plutôt affirmé. Les deux codirectrices de cet ouvrage, Geneviève Morand et Natalie-Ann Roy, nous proposent une réflexion libre autour du thème de la luxure avec une trentaine de textes signés entre autres par Fanny Britt, Caroline Dawson, Melissa-Mollen Dupuis et Catherine Dorion. Monogamie, polyamour, image du couple, orgasme… Ces autrices nous proposent une nouvelle révolution sexuelle.

Libérer la culotte
Collectif dirigé par Geneviève Morand et Natalie-Ann Roy
Éditions du remue-ménage
Avril