Voici une sélection de bandes dessinées fort prometteuses qui arriveront sur les tablettes dans les premiers mois de 2021.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

L’âge d’or, tome 2 (Aire Libre)

Le premier tome de cette somptueuse série nous avait conquis. Voici que le tome 2, qui clôt l’aventure, est sur le point d’arriver en magasin. Avec Cyril Pedrosa aux pinceaux et Roxanne Mereil au scénario, cette épopée plantée dans un Moyen-Âge fantasmé n’est pas qu’un conte qu’on raconte aux enfants sages. C’est surtout une fable politique aux accents féministes, qui suit les efforts d’une belle princesse pour reconquérir son royaume. Une histoire puissante illustrée (voire enluminée) avec maestria par Pedrosa, le bédéiste derrière Portugal. Sortie prévue en février.

Oleg (Atrabile)

IMAGE FOURNIE PAR ATRABILE

Couverture d’Oleg

Vingt ans après avoir secoué le monde de la BD avec le touchant Pilules bleues (où il relatait son histoire d’amour avec Cati, une jeune femme séropositive, mère d’un fils lui aussi séropositif), le Suisse Frederik Peeters revient à l’autobiographie. Ou presque. Dans Oleg, il troque le « je » pour le « il » et se sert d’un avatar pour parler de son quotidien de bédéiste. Car Oleg (comme Frederik) dessine depuis 20 ans et il traverse un creux de vague. D’un œil avisé, Oleg observe le monde et, surtout, son petit monde à lui : son amoureuse et leur fille, en pleine adolescence. Un titre intimiste attendu pour février.

Il faut flinguer Ramirez, acte deux (Glénat)

IMAGE FOURNIE PAR GLÉNAT

Couverture d’Il faut flinguer Ramirez

Ici, point de poésie ou de grandes planches contemplatives. La vie de Jacques Ramirez file à la vitesse grand V, avec gros fusils, poursuites et explosions à l’appui. À la fin du premier tome de ce thriller haletant, Ramirez, réparateur d’aspirateurs de profession, se retrouvait avec la moitié des policiers de l’Arizona à ses trousses. Pire, les hommes du cartel de Paso del Rio voulaient aussi sa peau… Avec son style très cinématographique, ce tome initial a remporté une flopée de prix à sa sortie, permettant à un nouveau venu de la BD, le Français Nicolas Pétrimaux, de marquer un grand coup. Ramirez réussira-t-il à se sortir du pétrin ? La réponse en février, dans l’acte deux.

Leonard Cohen : sur un fil (Casterman)

IMAGE FOURNIE PAR CASTERMAN

Couverture de la BD Leonard Cohen : sur un fil

Le Québécois Philippe Girard signe ce printemps une biographie consacrée au chanteur montréalais Leonard Cohen, mort en 2016. Le bédéiste, qui nous a donné notamment Tuer Vélasquez et La visite des morts, dévoilera à l’aide de retours en arrière la vie de l’homme au chapeau et à la voix d’or. Pour (re)découvrir ses grandes chansons (avec Hallelujah en tête de file), ses coups du destin, les femmes qui ont marqué sa vie et ses rencontres avec les grands de la musique, dont Janis Joplin et Lou Reed. Sortie prévue en mars.

La conquête du cosmos (Pow Pow)

IMAGE FOURNIE PAR POW POW

Couverture de La conquête du cosmos

Après avoir défiguré comme eux seuls savent le faire la belle et noble histoire de l’aviation avec Les premiers aviateurs, les bédéistes québécois Alexandre Fontaine Rousseau et Francis Desharnais s’attaquent avec irrévérence à la course spatiale qui a opposé l’URSS et les États-Unis. La conquête du cosmos relate, avec moult entorses à la vérité, cette lutte scientifique, en revisitant notamment les angoisses de Youri Gagarine (et s’il avait laissé un rond de poêle allumé ?) ou les grands discours de John F. Kennedy. Éclats de rire au programme, en mars ou en avril.

Le petit astronaute (La Pastèque)

IMAGE FOURNIE PAR LA PASTÈQUE

Couverture de la BD Le petit astronaute

Il faudra attendre jusqu’en avril pour découvrir le nouvel album du bédéiste québécois Jean-Paul Eid. Après l’immense succès de La femme aux cartes postales, scénarisé par Claude Paiement, Eid signe seul cette histoire qui aborde les bouleversements provoqués par l’arrivée sur Terre d’un enfant lourdement handicapé. Tom, le petit astronaute du titre, ne parle pas, ne marche pas, mais sa seule présence redonne un sens à la vie de toute sa famille, en particulier à celle de sa sœur Juliette.