MétéoMédia ne l’avait pas prédit, mais il s’est abattu un véritable déluge de poésie dans la boîte courriel de La Presse. Vous avez été plus de deux cents à nous faire parvenir vos « tranches poétiques » à la suite de notre appel à tous. Pour mémoire, le défi consistait à empiler des livres québécois afin que leurs titres forment un poème.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Tous les envois sans exception ont été examinés attentivement, et le moins que l’on puisse dire, c’est que vous avez rivalisé de créativité, rendant la sélection douloureuse et déchirante. En jouant avec les titres de Nelly Arcan, Michel Tremblay, Kim Thúy et de dizaines d’autres auteurs, certains ont dépeint de façon originale l’angoisse ambiante actuelle, d’autres ont pagayé sur des rivières oniriques ou en ont profité pour nous piquer d’une pointe d’humour.

Surtout, vous avez été nombreux à exprimer comment l’exercice vous a permis d’oublier, pour un court laps de temps, l’atmosphère peu réjouissante du confinement. Que votre poème soit publié ou non, il s’agit sans doute de la plus précieuse récompense offerte par le défi. En trois mots : bravo et merci !

  • Julie Martineau et ses deux adolescents ont réalisé de nombreuses compositions, dont cette déclaration d’amour à Jeanne. 

    PHOTO FOURNIE PAR JULIE MARTINEAU

    Julie Martineau et ses deux adolescents ont réalisé de nombreuses compositions, dont cette déclaration d’amour à Jeanne. 

  • Nous levons notre verre à cette réalisation de Lyne Labrèche.

    PHOTO FOURNIE PAR LYNE LABRÈCHE

    Nous levons notre verre à cette réalisation de Lyne Labrèche.

  • Susanne Ménard nous propose cette partie de chasse. Libre à chacun d’y voir un drame ou d’autres degrés de lecture. 

    PHOTO FOURNIE PAR SUSANNE MÉNARD

    Susanne Ménard nous propose cette partie de chasse. Libre à chacun d’y voir un drame ou d’autres degrés de lecture. 

  • Je ne veux pas mourir seul – titre pertinent en ces temps dramatiques – a été très employé par nos lecteurs poètes. Voici le mélancolique appel de Diane et Martin, d’Oka. 

    PHOTO FOURNIE PAR DIANE ET MARTIN

    Je ne veux pas mourir seul – titre pertinent en ces temps dramatiques – a été très employé par nos lecteurs poètes. Voici le mélancolique appel de Diane et Martin, d’Oka. 

  • Un poème aquatique signé par Hélène Boulé

    PHOTO FOURNIE PAR HÉLÈNE BOULÉ

    Un poème aquatique signé par Hélène Boulé

  • Jean-François Houle nous suggère un petit rendez-vous coquin, en toute discrétion et en toute simplicité. 

    PHOTO FOURNIE PAR JEAN-FRANÇOIS HOULE

    Jean-François Houle nous suggère un petit rendez-vous coquin, en toute discrétion et en toute simplicité. 

  • Plusieurs lecteurs ont bâti leurs poèmes avec La grosse femme d’à côté, nous envoyant parfois des poèmes similaires, teintés d’humour. Voici celui de Lizanne Dagenais.  

    PHOTO FOURNIE PAR LIZANNE DAGENAIS

    Plusieurs lecteurs ont bâti leurs poèmes avec La grosse femme d’à côté, nous envoyant parfois des poèmes similaires, teintés d’humour. Voici celui de Lizanne Dagenais.  

  • Le poème de Daniel Malo condense avec brio l’atmosphère actuelle. 

    PHOTO FOURNIE PAR DANIEL MALO

    Le poème de Daniel Malo condense avec brio l’atmosphère actuelle. 

  • Même si les bals de fin d’études sont annulés, Benoît Melançon a réuni, en deux livres, trois mouvements, un petit gros et une petite brune. Toute une histoire à développer. 

    PHOTO FOURNIE PAR BENOÎT MELANÇON

    Même si les bals de fin d’études sont annulés, Benoît Melançon a réuni, en deux livres, trois mouvements, un petit gros et une petite brune. Toute une histoire à développer. 

1/9
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •