Avant même de se mettre à l’écriture de son nouveau roman, Johanne Seymour avait déjà le titre en tête : Le goût de l’élégance. Le contenu lui était encore inconnu, mais l’intention était claire. L’autrice avait envie de beauté et de lumière.

Isabel Authier
La Voix de l’Est

« Ça vient toujours de quelque chose dans ma vie, quelque chose qui me “grignote” l’arrière du cerveau. C’était il y a trois ans. J’avais envie d’élégance. Probablement parce que j’ai beaucoup affaire aux réseaux sociaux et aux médias. Même dans la rue, les gens sont écœurés, on dirait. Il se passe quelque chose dans notre société. Il y a trop de misère et de noirceur », fait remarquer celle qui a fait sa marque en littérature policière.

D’où son envie d’allumer des bougies dans le cœur de ses lecteurs.

>>> Lisez la suite sur le site de La Voix de l’Est