Une embarcation surchargée de migrants fait naufrage au large de Chypre. Plusieurs se noient, dont une vieille dame, qui devient officiellement la 2117personne à trouver la mort lors de la traversée de la Méditerranée depuis le début de l’année.

Marie Tison Marie Tison
La Presse

C’est sur ce drame très contemporain que s’ouvre Victime 2117, du romancier danois Jussi Adler Olsen. Mais rapidement, le drame social se transforme en thriller : en fait, la vieille dame a été assassinée. Et il s’agissait d’une personne très chère aux yeux d’Assad, un des membres du département V de la police de Copenhague.

La petite équipe doit maintenant jouer au chat et à la souris pour prévenir un attentat terroriste en Europe et, accessoirement, empêcher un jeune Danois, Alexander, obsédé par les jeux vidéo violents, de se livrer à un massacre à l’épée une fois qu’il aura accumulé 2117 points au jeu Kill Sublime.

Jussi Adler Olsen parvient à bien entrecroiser les intrigues et à créer un double suspense des plus efficaces. S’il caricature un peu les terroristes, il dépeint plus habilement la personnalité complexe d’Assad et le mal de vivre d’Alexander.

★★★½

Victime 2117, Jussi Adler Olsen. Albin Michel, 540 pages