Quelques suggestions de bandes dessinées à découvrir.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Notre choix : les vies parallèles

La bédéiste belge Judith Vanistendael, qui nous avait donné David, les femmes et la mort, revient avec un magnifique roman graphique dans lequel règne Pénélope, chirurgienne et mère qui multiplie depuis 10 ans les missions humanitaires.

Entre deux conflits armés, elle a très peu vu grandir sa fille de 14 ans. Peut-on, lorsqu’on est mère, décider de s’accomplir loin de son enfant ?

La société n’est pas tendre envers les femmes qui font ce choix, et la famille de Pénélope ne fait pas exception… Sans jugement, la bédéiste évoque les difficultés de Pénélope qui, de retour d’Alep, ne parvient pas à s’ancrer dans sa vie familiale, traînant avec elle un fantôme encombrant.

Le décalage entre ses deux vies est si grand qu’elle flotte entre deux mondes, inaccessible à ceux qui l’aiment. Une belle réflexion sur l’engagement, la maternité et les choix difficiles qu’il faut parfois faire pour rester fidèle à soi-même.

★★★½

Les deux vies de Pénélope, de Judith Vanistendael. Le Lombard. 160 pages.

Philo animalière

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS 2024

Tulipe et les sorciers, de Sophie Guerrive

Dernier volume d’une trilogie qui nous avait échappé, ce délicieux album met en scène un ours philosophe, appelé Tulipe, et sa bande de copains : Crocus, le serpent qui rêve de devenir prophète ; Trèfle, la tortue qui cherche sa mère ; Narcisse, le tatou à l’ego démesuré…

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS 2024

Tulipe et les sorciers, de Sophie Guerrive

Chacun cherche sa façon de combler le vide de l’existence, avec poésie, autodérision, lucidité et, surtout, beaucoup de tendresse.

Un titre choisi dans la prestigieuse sélection officielle du Festival international de la bande dessinée d’Angoulême.

★★★½

Tulipe et les sorciers, de Sophie Guerrive. Éditions 2024. 116 pages.

Éloge de la fainéantise

IMAGE FOURNIE PAR L’ASSOCIATION

L’oisiveraie, de David Prudhomme

Impossible de rater Roland, avec son chapeau de cowboy et son long nez. Sa vie est réglée comme du papier à musique, entre son poulailler, sa sœur folle et le bistrot où il rencontre ses copains — chômeurs ou retraités — pour un ballon de blanc.

IMAGE FOURNIE PAR L’ASSOCIATION

L’oisiveraie, de David Prudhomme

Entre ripailles et projets qui n’aboutissent jamais, les discussions de cette bande d’oisifs assumés témoignent de leurs très hautes préoccupations : l’omelette, les tomates, les pigeons…

Un autre album qui s’est hissé dans la sélection des meilleurs albums de 2019 à Angoulême.

★★★

L’oisiveraie, de David Prudhomme. L’Association. 128 pages.

Le dernier Petit Spirou de Tome

IMAGE FOURNIE PAR DUPUIS

Le Petit Spirou, tome 18 – La vérité sur tout !, de Tome et Janry

Depuis 1987, Philippe Vandevelde (alias Tome) et Jean-Richard Geurts (Janry) racontent l’enfance espiègle d’un des monuments de la BD franco-belge, Spirou.

Avant d’être le groom que l’on connaît, Spirou a été un gamin turbulent, qui faisait les quatre cents coups avec ses copains et son amoureuse Suzette.

IMAGE FOURNIE PAR DUPUIS

Le Petit Spirou, tome 18 — La vérité sur tout !, de Tome et Janry

Leur souffre-douleur préféré ? Le prof de gym, M. Mégot ! En octobre dernier, le scénariste Tome est mort, laissant son héros orphelin.

Il a tout de même eu le temps de concevoir cet ultime opus qui s’inscrit dans la continuité des 17 albums précédents.

Cabotinage, humour potache et jeux de mots vaseux abondent. Voilà qui plaira aux nombreux conquis, mais ne ralliera pas de nouveaux lecteurs.

★★½

Le Petit Spirou, tome 18 — La vérité sur tout !, de Tome et Janry. Dupuis. 48 pages

Autres sorties

Les petites choses

IMAGE FOURNIE PAR NOUVELLE ADRESSE

Les petites choses, d’Ana Roy

La toute neuve maison d’édition Nouvelle adresse réédite un petit bijou d’album de l’illustratrice Ana Roy. Sur près de 100 pages, cette dernière nous présente des bonheurs minuscules, mais ô combien réconfortants : une douche chaude, l’odeur de l’automne, les câlins d’un chat… Un album qui fait du bien.

Les petites choses, Ana Roy. Nouvelle adresse. 96 pages.

Le chat du rabbin, tome 9 — La reine de Shabbat

IMAGE FOURNIE PAR POISSON PILOTE

Le chat du Rabbin, tome 9 — La reine de Shabbat, de Joann Sfar

Retour dans le temps pour Joann Sfar qui plante l’action de ce neuvième album dans l’enfance de Zlabya, puis au début de son âge adulte. Entre la mort de sa mère et sa quête de liberté, la fille du rabbin va tester, au grand dam du père (et du chat !), les limites imposées de son existence. Un des beaux albums de la série.

Le chat du rabbin, tome 9 — La reine de Shabbat, Joann Sfar. Poisson Pilote. 76 pages.

Mort et déterré, tome 1 – Un cadavre en cavale

IMAGE FOURNIE PAR DUPUIS

Mort et déterré, tome 1 : Un cadavre en cavale, de Jocelyn Boisvert et Pascal Colpron

Aveu : cet album est passé sous notre radar à sa sortie à l’automne dernier. Les deux auteurs québécois, Pascal Colpron (aux pinceaux) et Jocelyn Boisvert (au scénario), ont réussi le petit tour de force de faire éditer le tome 1 (Un cadavre en cavale) par Dupuis. Leurs aventures humoristico-zombiesques ont aussi paru dans les pages du journal Spirou. Une lecture qui plaira aux adolescents, en attendant le tome 2, à l’automne 2020.

Mort et déterré, tome 1 – Un cadavre en cavale, Jocelyn Boisvert et Pascal Colpron. Dupuis. 48 pages.