L’année 2020 a été riche, très riche en bandes dessinées de qualité. Voici, en vrac, les 10 titres qui ont marqué notre année.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Kent State : quatre morts dans l’Ohio, Derf Backderf

L’Américain Derf Backderf avait 10 ans lorsqu’en mai 1970, une manifestation contre la guerre du Viêtnam a tourné au drame sur le campus de l’Université Kent State. Quatre étudiants tomberont sous les balles des forces de l’ordre. Le bédéiste a multiplié pendant trois ans les recherches journalistiques pour étoffer cette troublante BD documentaire. Sans conteste un des titres phares de l’année.

La bombe, Alcante, Laurent-Frédéric Bollée et Denis Rodier

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

La bombe, Alcante, Laurent-Frédéric Bollée et Denis Rodier

L’illustrateur québécois Denis Rodier a eu la délicate mission de mettre en images ce récit foisonnant sur l’invention de la bombe atomique, signé par les scénaristes Alcante et Laurent-Frédéric Bollée. Le sujet pourrait sembler aride, il n’en est rien. Cet imposant roman graphique de près de 500 pages se lit comme un thriller, où les protagonistes s’entredéchirent sur l’utilisation ou non de leur terrible création. Une lecture savante et ô combien prenante.

L’accident de chasse, David L. Carlson et Landis Blair

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

L’accident de chasse, David L. Carlson et Landis Blair

L’Américain David L. Carlson a frappé un très (très !) grand coup avec sa toute première BD en carrière. Sur plus de 450 pages se déploie l’histoire véridique d’un fils et de son père aveugle, histoire dont les ramifications s’étendent jusqu’à Leonard et Loeb, deux des criminels les plus célèbres des États-Unis. Une ode au pouvoir salvateur de la littérature, magnifiquement illustrée par Landis Blair. Un coup de cœur ? Non, un coup de foudre.

Aldobrando, Gipi et Luigi Critone

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Aldobrando, Gipi et Luigi Critone

En cette année trouble, peu d’albums nous ont apporté autant de réconfort que cette fable des bédéistes italiens Gipi et Luigi Critone. On y rencontre Aldobrando, un garçon malingre à l’esprit candide, mais dont la bravoure est sans limites. Sa quête pour trouver une herbe magique mettra sur son chemin princesses et gredins… Un conte avec tout ce qu’il faut de cruauté et de tendresse, qui agit comme un baume sur l’âme.

Anaïs Nin : sur la mer des mensonges, Léonie Bischoff

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Anaïs Nin : sur la mer des mensonges, Léonie Bischoff

Célèbre pour ses nouvelles érotiques, Anaïs Nin fait l’objet d’un superbe roman graphique signé par la jeune bédéiste belge Léonie Bischoff. On y découvre l’écrivaine en devenir en 1931. Artiste sur le point d’éclore, sa rencontre avec Henry Miller et sa femme June va bouleverser sa vie, révélant à la fois sa bisexualité et sa vocation. La bédéiste s’est appuyée sur l’œuvre et les correspondances sulfureuses d’Anaïs Nin pour décrire avec beaucoup de sensibilité son parcours hors norme.

Payer la terre, Joe Sacco

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Payer la terre, Joe Sacco

Après avoir posé sa loupe sur les Balkans ou la Palestine, Joe Sacco se penche sur le sort de la nation Déné, dans les Territoires du Nord-Ouest. Le père de la BD reportage a multiplié les entrevues sur place pour témoigner des défis auxquels les Dénés sont aujourd’hui confrontés. Dans cet album archi-fouillé, l’auteur s’efface derrière les interviewés, sans jugement ni a priori. Une lecture précieuse pour mieux comprendre la réalité complexe des Premières Nations, passage obligé vers la réconciliation.

Khiêm, terres maternelles, Djibril et Yasmine Phan Morissette

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Khiêm, terres maternelles, Djibril et Yasmine Phan Morissette

L’illustrateur québécois Djibril – surtout connu pour son travail chez Marvel – s’est associé à sa sœur Yasmine Phan Morissette pour écrire cette BD autobiographique où il est question notamment de transmission culturelle et d’enracinement. On y suit le destin de trois femmes d’une même lignée dans une épopée qui retrace le parcours d’une famille vietnamienne au Québec. Une œuvre tendre qui force la réflexion : que savons-nous vraiment de nos racines ?

Clyde Fans, Seth

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Clyde Fans, Seth

Nous ajoutons notre voix au concert d’éloges récoltés tant en France qu’aux États-Unis par cet envoûtant roman graphique arrivé au Québec après un long détour pandémique. Le bédéiste ontarien Seth est au sommet de son art avec cette saga familiale où il varie les styles, les rythmes et les formes narratives pour raconter l’histoire des Matchcard, fabricants de ventilateurs de père en fils… Un bijou de BD sur laquelle plane une indéniable nostalgie.

Aliss, Patrick Senécal et Jeik Dion

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

Aliss, Patrick Senécal et Jeik Dion

Deux ans de travail. C’est ce qu’il a fallu à l’illustrateur québécois Jeik Dion pour adapter en bande dessinée le roman initiatique de Patrick Senécal. L’effort a porté ses fruits : l’album reste fidèle à l’univers très trash du roman original. L’occasion est belle pour (re)lire la descente aux enfers d’Alice, jeune banlieusarde qui va s’acoquiner avec une faune étrange en s’installant à Montréal. Une traversée du miroir on ne peut plus sombre…

L’arabe du futur 5 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994), Riad Sattouf

IMAGE FOURNIE PAR LA MAISON D’ÉDITION

L’arabe du futur 5 : Une jeunesse au Moyen-Orient (1992-1994), Riad Sattouf

Riad Sattouf s’attarde sur ses années d’adolescence dans le 5e tome de cette série qui ne fait que se bonifier à chaque nouveau titre. Installée à Rennes, la famille tente de retrouver son aplomb après la fuite du père en Syrie. Pour Riad, rien n’est simple. Adolescent invisible, il lui reste le dessin pour se démarquer (et conquérir le cœur des filles). Un album aussi émouvant que drôle. Le 6e tome est attendu dans deux ans. On a hâte.