(Paris) Le bénéfice tiré des ventes de Notre-Dame de Paris de Victor Hugo a rapporté 40 000 euros (62 000 $) pour la reconstruction de la cathédrale victime d’un incendie, a annoncé jeudi les éditions Gallimard.

Agence France-Presse

Devant l’intérêt renouvelé pour ce grand classique, publié en poche par Folio, Gallimard avait promis de reverser ces bénéfices au fonds ouvert pour la reconstruction après l’incendie du 15 avril 2019.

« C’est désormais au livre d’aider à la reconstruction de ce chef-d’œuvre de l’art gothique qui relie les générations, d’hier à demain », s’est félicité Gallimard.

Le roman avait ressuscité, à l’époque de sa parution en 1831, l’intérêt pour une cathédrale en piètre état, Hugo critiquant les rénovations superficielles et mal inspirées.

« C’est ainsi qu’on agit depuis tantôt 200 ans avec les merveilleuses églises du moyen-âge. Les mutilations leur viennent de toutes parts, du dedans comme du dehors. Le prêtre les badigeonne, l’architecte les gratte, puis le peuple survient, qui les démolit », déplorait-il dans sa préface.