(New York) S’il n’avait pas été du coronavirus, affirme Oprah Winfrey, elle serait dans les rues et marcherait avec les manifestants de Black Lives Matter.

Hillel Italie
Associated Press

Elle a plutôt trouvé d’autres moyens de joindre sa voix au mouvement.

Oprah Winfrey travaille avec Lionsgate sur une adaptation multimédia du « Projet 1619 » du New York Times sur l’héritage de l’esclavage. Elle a interviewé Stacey Abrams et Ava DuVernay, entre autres, lors d’une émission spéciale de deux soirs sur le racisme et comment y faire face sur son propre réseau. Le présent numéro de O : The Oprah Magazine présente une photo sur la couverture de Breonna Taylor, une technicienne des services d’urgences noire de 26 ans tuée par la police à son domicile à Louisville, dans le Kentucky. C’est la première fois dans les 20 ans d’histoire de la publication qu’Oprah Winfrey elle-même n’apparaît pas sur la couverture.

Et mardi, Oprah Winfrey a annoncé qu’elle avait choisi l’examen par Isabel Wilkerson des questions d’appartenance ethnique et de hiérarchie aux États-Unis, Caste : The Origins of Our Discontents, comme son plus récent choix de club de lecture.

IMAGE RANDOM HOUSE VIA AP

Le livre de Mme Wilkerson, a déclaré Oprah Winfrey dans une entrevue téléphonique, « pourrait changer la façon dont nous nous voyons, la façon dont nous voyons notre humanité et la structure de notre monde ».

Isabel Wilkerson, âgée de 59 ans, est une autrice et journaliste qui a remporté le prix du National Book Critics Circle en 2011 pour son livre précédent, The Warmth of Other Suns, sur la migration des Noirs du Sud au début du XXe siècle. Dans Caste, elle se penche sur l’histoire américaine et le traitement des Noirs et découvre ce qu’elle appelle un système de castes durable et invisible — un peu comme ceux de l’Inde ou de l’Allemagne nazie — qui n’a pas encore été tout à fait reconnu.

« Vous ne pouvez pas résoudre un problème à moins de l’identifier et de le définir », a déclaré Mme Wilkerson à l’Associated Press, ajoutant que le sceau d’Oprah Winfrey signifie que « beaucoup plus de personnes auront l’occasion de lire sur un enjeu qui nous affecte tous profondément ».

Caste a été publié mardi et a déjà reçu des éloges, le Times le qualifiant de « document extraordinaire » et « presque certainement l’essai phare du siècle américain jusqu’à présent ». Oprah Winfrey a évoqué le livre en juin, le présentant avec White Fragility de Robin DiAngelo et How To Be An Antiracist d’Ibram X. Kendi comme des lectures essentielles sur le racisme.

Caste poursuit le partenariat de club de lecture entre Oprah Winfrey et Apple qui a débuté l’automne dernier et comprend des choix antérieurs comme le roman de Ta-Nehisi Coates The Water Dancer et la non-fiction Hidden Valley Road de Robert Kolker. Oprah Winfrey, qui s’est mise en confinement chez elle à Santa Barbara, en Californie, depuis mars, dit qu’elle espère créer une série de conversations vidéo et de balados avec Isabel Wilkerson. Une entrevue avec Mme Wilkerson sera diffusée cet automne sur Apple TV+.