Après une pause qui aura duré 110 jours, la Grande Bibliothèque a accueilli jeudi ses premiers usagers avec une nouvelle formule adaptée aux contraintes sanitaires. Visite guidée en photos.

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Après un lavage des mains obligatoire, les usagers passent par un premier poste d’accueil où ils donnent à l’employé le code de leur réservation. « Il est essentiel d’avoir reçu un avis de confirmation avant de se présenter à la Grande Bibliothèque », précise son directeur général, Martin Dubois.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Ce code de réservation est ensuite transmis aux employés du comptoir de prêt qui vont aller chercher le document en question dans les rayons. L’usager recevra son ou ses livres à ce second comptoir où huit postes de prêts ont été aménagés. Depuis la mise en place de ce système de réservation, il y a une semaine, 13 000 réservations ont été effectuées. De ce nombre, 10 000 réservations ont été sorties des rayons et sont prêtes à être emportées par les usagers.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

« La grande nouveauté est qu’auparavant, seuls les documents non disponibles au catalogue pouvaient être réservés. Maintenant, tous les documents, même disponibles sur les rayons, peuvent être mis de côté par nos employés. C’est un défi logistique, mais nous étudierons la possibilité de poursuivre ce service une fois que la Grande Bibliothèque aura repris à plein régime », dit Martin Dubois.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

Des bacs de plastique ont été installés à l’entrée pour recueillir les livres et documents audiovisuels rapportés par les usagers. « Chaque document est ensuite placé en quarantaine, pour 72 heures, dans un local de la Grande Bibliothèque avant d’être de nouveau disponible pour la location », explique Martin Dubois.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

L’accès aux différents étages de la Grande Bibliothèque reste interdit au public pour l’instant. Seuls les employés peuvent y circuler pour aller chercher les livres ou documents audiovisuels réservés. « L’ouverture de ces espaces se fera de façon graduelle en tenant compte des directives de la Santé publique », précise Martin Dubois, qui rappelle que le bâtiment du boulevard De Maisonneuve accueille en moyenne 7000 personnes par jour, et parfois jusqu’à 1000 usagers en même temps.