Quelques suggestions de bandes dessinées à découvrir.

Jean Siag Jean Siag
La Presse

Stéphanie Morin Stéphanie Morin
La Presse

Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni... : l’Égypte dans le sang

  • Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

    IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

    Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

  • Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

    IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

    Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

  • Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

    IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

    Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

  • Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

    IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

    Extrait de Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

Coup de cœur pour cet album historique, qui transpose brillamment les récits de voyage de l’explorateur italien Giovanni Battista Belzoni et de sa femme Sarah publiés en 1821.

Nous sommes dans l’Égypte de Muhammad Ali, et dans ce troisième tome précisément en 1818-1819. L’Égypte est une province ottomane ouverte sur l’Europe (en particulier la France et l’Angleterre), qui a ses envoyés spéciaux, consuls et autres explorateurs, cherchant à mettre la main sur les plus grands trésors du pays.

Battista Belzoni, un géant de plus de 2 mètres passionné de l’Égypte ancienne, fait partie de ceux-là, commandité par l’Anglais Henry Salt, mais il se bute au consul de France, Bernardino Drovetti, qui limite son terrain de recherche et va même jusqu’à attenter à sa vie.

IMAGE FOURNIE PAR FLBLB ÉDITEUR

Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage, de Grégory Jarry, Nicole Augereau et Lucie Castel, 157 pages

La femme de Belzoni, Sarah, rencontrée en Angleterre, est loin d’être un personnage secondaire. Féministe avant le temps, elle mènera ses propres pérégrinations, notamment en Palestine, se déguisera en homme lorsque nécessaire, tout en usant de ses charmes pour arriver à ses fins.

Ce troisième tome, qui a fait l’objet d’une exposition au festival d’Angoulême (en janvier dernier), est un régal — on va de ce pas lire les deux premiers.

Les récits de voyage du couple Belzoni, qu’on apprend à bien connaître et à apprécier, et de tous les autres personnages (qui ont bel et bien existé), y sont rapportés avec clarté, humour et fluidité.

D’un point de vue historique, le trio n’a pris aucun raccourci. Les dessins en noir de Lucie Castel, qui a intégré des gravures d’époque dans plusieurs planches, donnent beaucoup de panache à l’ensemble de l’œuvre.

★★★★

Voyages en Égypte et en Nubie de Giambattista Belzoni — Troisième voyage. Grégory Jarry, Nicole Augereau et Lucie Castel. FLBLB éditeur. 157 pages.

Maladroit de naissance : touchant de maladresse

IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

Extrait de Maladroit de naissance, de Yaro Abe

Yaro Abe, le mangaka derrière la délicieuse série La cantine de minuit, nous offre un récit romancé de son enfance à Shimanto, dans l’île de Shikoku.

Malingre et pas très sportif, plutôt transparent, le petit Makoto semble suivre les traces de son père, un homme qui n’aime rien autant que de se prélasser en slip dans la maison.

IMAGE FOURNIE PAR LES ÉDITIONS LE LÉZARD NOIR

Maladroit de naissance, de Yaro Abe, 287 pages

Les journées du garçon sont dictées par l’école, les relations familiales, les amitiés, les filles qui lui plaisent et qui ne le remarquent jamais… Rien de grandiose ; la vie, quoi !

Dans ce manga plein de finesse, les petites histoires s’enfilent comme des perles de poésie quotidienne. Un album qui émeut, apaise et nous habite longtemps une fois la dernière page tournée.

★★★★

Maladroit de naissance. Yaro Abe. Le Lézard noir. 287 pages.

Tous les héros s’appellent Phénix : suspense familial

IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

Extrait de Tous les héros s’appellent Phénix, de Jérémie Royer

Cette adaptation du roman de Nastasia Rugani commence bien sagement. Phénix, jeune ado du secondaire, et sa petite sœur Sacha rentrent à la maison la nuit tombée.

Une voiture s’arrête, c’est le professeur de Phénix (M. Smith), qui s’offre de les ramener à la maison. En arrivant, les trois sont témoins d’une scène étrange : la maman des deux filles (Érika) brûle la barque de leur père (parti de la maison dans des circonstances nébuleuses).

IMAGE FOURNIE PAR ÉDITIONS RUE DE SÈVRES

Tous les héros s’appellent Phénix, de Jérémie Royer, 140 pages

Petit à petit, ce bon M. Smith s’insinue dans la vie (et la maison) de la famille — toujours privée de leur père, dont les nouvelles sont rares — et se rapproche de plus en plus d’Érika.

Puis, l’ambiance s’alourdit, le doute s’installe sur les intentions de ce M. Smith, et sans révéler de grands secrets, la situation devient même inquiétante, jusqu’au dénouement inattendu.

Une excellente adaptation, avec un dessin réaliste, dans la tradition américaine, signée Jérémie Royer (HMS Beagle, aux origines de Darwin), parfaite lecture d’été.

★★★★

Tous les héros s’appellent Phénix. Jérémie Royer. Rue de Sèvres. 140 pages.

Mary Jane : celle (s) dont on ignore presque tout

IMAGE TIRÉE DE LA BANDE DESSINÉE

Extrait de Mary Jane, de Frank Le Gall et Damien Cuvillier

Jack L’Éventreur est sans doute l’un des tueurs en série les plus connus de l’histoire. Les nombreuses hypothèses sur son identité ont inspiré moult films, livres et bédés, au point d’en faire un véritable mythe. De ses cinq victimes, toutefois, on sait peu de choses, si ce n’est qu’il s’agissait de prostituées.

Le scénariste Frank Le Gall a décidé de remédier à la situation en imaginant un passé (à partir du peu d’indices qui existent) à la dernière présumée victime du tueur, Mary Jane Kelly.

IMAGE FOURNIE PAR FUTUROPOLIS

Mary Jane, de Frank Le Gall et Damien Cuvillier, 88 pages

Galloise d’origine, elle s’est retrouvée à Londres après la mort de son époux. Jusqu’à sa mort brutale, sa vie n’a été qu’une infernale spirale. L’idée du bédéiste était porteuse.

Malheureusement, le scénario souffre de certaines faiblesses — notamment de rythme — qui empêchent l’histoire de se déployer à sa pleine mesure. On reste sur sa faim, sans pouvoir réellement s’attacher à cette femme au destin tragique.

Reste le dessin de Damien Cuvillier, qui rend avec beaucoup de justesse la crasse des faubourgs de Londres et les visages avinés de ceux qui tentaient d’y survivre. Un demi-succès.

★★★

Mary Jane. Frank Le Gall et Damien Cuvillier. Futuropolis. 88 pages.