À l’automne 2017, le quotidien britannique The Guardian a proposé à Elena Ferrante (autrice de la tétralogie L’amie prodigieuse) de tenir une chronique hebdomadaire dans ses pages.

Nathalie Collard Nathalie Collard
La Presse

Comme rien n’est jamais facile avec Ferrante, la proposition a été acceptée, mais à deux conditions : l’expérience ne durerait qu’un an et l’équipe de rédaction du journal devrait lui soumettre des questions auxquelles elle répondrait. Elle ne se sentait pas capable de chroniquer à partir de rien. On s’en doute, The Guardian a accepté (on imagine qu’ils seraient même allés chercher ses chroniques à genoux si elle le leur avait demandé…).

Du 20 janvier 2018 au 19 janvier 2019, la romancière italienne a écrit une chronique chaque semaine. Gallimard les a réunies dans une très belle édition agrémentée d’une illustration pour chaque texte.

Pour les fans de Ferrante, la lecture de ce recueil est un véritable cadeau : elle parle d’écriture, bien sûr, mais aussi d’amitié, de ses filles, d’amour, de création au féminin. Et même si on sent une certaine réserve dans ses chroniques, elle s’y dévoile tout de même un peu : on la découvre insomniaque, anxieuse, pressée.

Les textes sont courts, mais mis ensemble, ils nous font comprendre un peu mieux cette écrivaine que nous aimons tant.

★★★½

Chroniques du hasard, d’Elena Ferrante. Traduit de l’italien par Elsa Damien, Illustrations d’Andrea Ucini, Gallimard.