S’il y a une certitude quant aux relations qu’entretenait Charles de Gaulle avec le Québec, c’est que le général et président français connaissait parfaitement le dossier québécois.

André Duchesne André Duchesne
La Presse

À l’image de celui-ci, l’auteur Roger Barrette connaît très bien son sujet. Avec pour résultat que son livre complet, bien écrit, bien documenté, fait le tour d’une relation de proximité qu’a entretenue, par-delà la distance, l’Homme du 18 juin avec l’enclave francophone d’Amérique du Nord. Une relation qui remonte à bien avant son « Vive le Québec libre » du 24 juillet 1967 et qui s’est poursuivie dans les années subséquentes avec ce que M. Barrette appelle un « héritage » d’engagements français sur le sol québécois dans tous les domaines : éducatif, politique, culturel, économique, etc.

L’auteur, qui s’est rendu à La Boisserie, maison familiale de de Gaulle à Colombey-les-Deux-Églises, nous fait part de sa découverte des ouvrages québécois que le général possédait dans sa vaste bibliothèque.

Ailleurs, il nous rappelle comment Philippe de Gaulle a un jour surpris le paternel avec le livre Égalité ou Indépendance de Daniel Johnson en main. Son récit de la visite du ministre Georges-Émile Lapalme en janvier 1961 à Paris pour vendre le projet d’une Maison du Québec (qui se transformera en délégation générale) est fascinant.

Quant aux 75 déclarations qui servent de vecteurs au récit, elles proviennent de diverses sources : discours, lettres personnelles ou livres du Grand Charles, mémoires de collaborateurs, etc. Foi de Roger Barrette, de Gaulle avait une fascination, voire une passion pour le Québec. Son ouvrage nous fait parfaitement ressentir ces sentiments.

★★★½

De Gaulle – Les 75 déclarations qui ont marqué le Québec, de Roger Barrette. Septentrion, 392 pages.