Les auteurs du compte Instagram qui se paie la tête des vedettes québécoises sortent de l’ombre à l’occasion de la sortie d’un livre regroupant les définitions drôles et acides qui ont fait leur succès.

Sylvain Sarrazin Sylvain Sarrazin
La Presse

Le mystère planait sur l’identité de ces maniganceurs anonymes à l’humour acéré. Ne subodorerait-on pas un Jean-Thomas Jobin ou un Mike Ward derrière ces blagues épineuses ? Perdu — par contre, ce dernier a préfacé l’ouvrage, bien qu’il y figure comme cible (« Mike Ward : bloc de tofu dans sa passe punk »). Mais avant de révéler au grand jour l’identité de ces effrontés du web, remontons le temps et le fil Instagram du compte par lequel tout est arrivé.

Un trombinoscope qui fesse

Depuis le mois d’août 2018, un trio d’auteurs masqués publiait quotidiennement sur son fil @dictionnaire_vedettes_quebec une courte fiche avec le nom et la photographie d’une personnalité québécoise, accompagnée d’une définition qui peut : faire rire, scandaliser, soupirer, sacrer, ou tout ça à la fois. Suivi aujourd’hui par près de 55 000 abonnés, le compte se moque de tous sans distinction (comédiens, animateurs, sportifs, humoristes…), n’hésitant pas à s’attaquer au physique, voire à frapper sous la ceinture ; mais sait aussi, à l’occasion, faire preuve de finesse.

Exemple 1 : Éric Salvail : artiste multidisciplinaire qu’on pourrait qualifier de touche à tous.

Exemple 2 : Mathieu Bock-Côté : autre type de bock qui donne mal à la tête.

Exemple 3 : Lucien Bouchard : ancien chef du PQ qui, même avec une seule jambe, avance quand même plus vite que son parti.

Bref, un dictionnaire « de noms propres et de jokes sales », comme ses auteurs le définissent si bien.

IMAGE FOURNIE PAR L’ÉDITEUR

Le Dictionnaire des vedettes du Québec proposera plus de 200 nouvelles entrées inédites.

Et les auteurs sont...

À partir du 6 novembre, le Dictionnaire des vedettes du Québec fera le saut du virtuel à l’imprimé et s’installera, avec ses bottes pleines de boue, sur les beaux rayons propres des librairies québécoises ; fort de plus de 200 définitions inédites, de 35 morceaux choisis tirés du compte, et de quelques pages illustrées venant déchiqueter l’ego des célébrités visées.

Pour l’occasion, les auteurs ont finalement décidé de jeter leur nom en pâture au public : Antoine Desjardins-Cauchon, Charles-Alex Durand et Charles Deschamps, tous trois baignant dans la grande mare de l’humour québécois, et parfaitement conscients qu’ils n’en sont pas forcément les têtes de proue.

Au départ, on voulait mettre les jokes de l’avant, on s’en foutait de dire que c’était nous. On ne fait pas un gros reveal, mais on ne veut pas avoir l’air des gars qui n’assument pas les blagues qu’ils font. On sort un livre, il faut le signer. Si on l’avait sorti sous anonymat, on se serait fait ramasser.

Les auteurs du dictionnaire, rencontrés au Bordel

Le compte Instagram pâtira-t-il de cette édition ? Légèrement, puisque le rythme de publication devrait ralentir un peu et que le nombre de vedettes, bien qu’en renouvellement régulier, ne tend pas vers l’infini.

D’ailleurs, les auteurs ne craignent-ils pas les réactions des célébrités ciblées ? « On n’a pas mis Hugo Girard, donc non ! », s’esclaffe Antoine Desjardins-Cauchon, qui semble avoir oublié que Georges Laraque en prend pour son grade dans son Dictionnaire. « La plupart des vedettes sont fans du compte, certaines réagissent en commentant. Et on s’est dit que si on est game de leur dire la blague en pleine face, on est game de la publier… bon, en grimaçant et en partant en courant après ! », assure Charles Deschamps.

Qui aime bien, démolit bien

Au-delà du fait que certains lecteurs trouvent ce type d’humour méchant et gratuit (pas tant, puisque le livre se vendra 17,95 $), tandis que d’autres en redemandent, collecter 50 000 abonnés en 14 mois et parvenir à publier un ouvrage n’en dit-il pas long sur la relation qu’entretiennent les Québécois avec leur vedettariat ?

« C’est incroyable, le Québec doit être l’endroit dans le monde où le star-system est le plus gros par rapport à la taille de la population. Je pense que notre projet n’aurait pas marché aussi fort et aussi vite ailleurs », songe Antoine Desjardins-Cauchon. « Les vedettes au Québec sont tellement big, tout le monde connaît les insides, on trouve tout de suite une pente que tout le monde va connaître », renchérit Charles-Alex Durand.

Les auteurs espèrent-ils remporter un prix du Gouverneur général, avec une œuvre dans laquelle figure la description suivante de Martin Deschamps : « groupe de musique composé de trois membres » ? « On a déjà refusé le Nobel de littérature », préviennent-ils.

Le lancement aura lieu ce soir, au pub du Quartier Latin, avec prévente du livre au public à partir de 20 h. Sortie officielle mercredi.

Consultez le compte Instagram du Dictionnaire