Le Salon du livre de Montréal a beau demeurer une année de plus à Place Bonaventure, cette 42e édition met de l’avant plusieurs nouveautés et une programmation repensée, et, comme à l’habitude, une flopée de conférences et d’ateliers accueillant nombre d’auteurs, dont la présence remarquée du romancier américain Bret Easton Ellis.

Iris Gagnon-Paradis Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Un lieu repensé

La programmation de la 42e édition du Salon du livre de Montréal (SLM) sera dévoilée officiellement ce matin. Si l’organisation avait annoncé le printemps dernier que cette édition déménagerait au Palais des congrès, elle a finalement fait volte-face en décembre dernier en décidant de rester une année supplémentaire à Place Bonaventure. « On a tout de même voulu faire en sorte que cette dernière année soit sous le signe de la nouveauté », a expliqué Olivier Gougeon, nouveau directeur du SLM depuis l’an dernier, à La Presse lors d’un entretien téléphonique. Entre autres choses, l’aménagement a été repensé afin d’offrir aux 100 000 personnes qui visitent, en moyenne, le SLM chaque année « plus de lieux pour échanger, lire, se reposer », dont un espace central, divisé entre l’Agora, une scène pouvant accueillir une cinquantaine de personnes et un café-bar où les visiteurs pourront se désaltérer.

Plus de scènes, davantage de contenu ciblé

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Olivier Gougeon, directeur du Salon du livre de Montréal

Dans cette foulée, le SLM proposera des « scènes plus accessibles, agréables et petites », favorisant les échanges et animations, les ateliers et conférences plus « nichées », détaille M. Gougeon. En plus de l’Agora, le SLM propose une toute nouvelle scène vouée entièrement à la littérature jeunesse avec Espace jeunesse TD, qui peut accueillir, de façon modulable, entre 10 et 80 personnes. Les jeunes pourront y faire de l’impro poétique avec David Goudreault ou assister à l’heure du conte en pyjama avec Valérie Fontaine. Autre nouveauté, la scène Espace littéraire, d’une trentaine de places, offrira du contenu plus niché, par exemple sur les savoirs occultes, les contes ou le militantisme environnemental. La Grande Place continuera d’accueillir les rendez-vous incontournables avec ses 150 places, dont une grande entrevue avec Marie Laberge.

Se raconter, de genre en genre

Cette édition sonne aussi le retour d’une grande thématique, écartée depuis quelques années, intitulée « Se raconter ». « La thématique sert de prisme à travers lequel on a fait des choix, notamment pour nos invités d’honneur, et fait écho à notre volonté que le salon soit un lieu d’échange et de rencontre », détaille le directeur. Une thématique qui a influencé la programmation en mettant, selon les journées, des genres littéraires en vue de l’avant, à travers différents événements, conférences ou table ronde. Ainsi, la poésie, qui connaît une « recrudescence extraordinaire », sera en vedette le samedi avec 10 animations, qui culmineront avec « Gin et poésie », en compagnie notamment de Zachary Richard. « La prise de parole, ce n’est pas seulement se raconter soi-même, mais aussi collectivement et en tant que société », ajoute M. Gougeon, évoquant tout un espace voué aux questions sociales comme l’environnement et la consommation (vendredi) ou la parentalité (samedi).

De Bret Easton Ellis à l’Ukraine

PHOTO JOEL SAGET, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Le romancier américain Bret Easton Ellis sera au Salon du livre de Montréal.

Un bloc consacré au polar le samedi, autre genre qui connaît une forte popularité, permettra d’entendre une des têtes d’affiche de l’événement, soit le romancier Bret Easton Ellis (American Psycho) qui se « racontera » en compagnie du journaliste Jean-Philippe Cipriani. Il s’agit d’une toute première présence à Montréal pour l’auteur, rendue possible grâce aux Éditons Robert Laffont, qui l’accueilleront à leur kiosque à plusieurs reprises lors du salon. Ce thème regroupera aussi un entretien entre la populaire autrice de romans policiers Louise Penny et Claudia Larochelle, et une autre conférence où Andrée A. Michaud et Patrick Sénécal se raconteront. Le SLM introduit également une autre nouveauté, soit un « Clin d’œil » à un pays, cette fois l’Ukraine, dont les visiteurs pourront découvrir la culture et la littérature grâce à un kiosque et différentes animations, dont une rencontre entre Larry Tremblay et l’auteur ukrainien Andreï Kourkov, le dimanche.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, ARCHIVES LA PRESSE

La populaire romancière Louise Penny sera au Salon du livre de Montréal.

L’ère numérique

Désirant mettre de l’avant des « nouvelles formes de présentation du récit et l’innovation en édition », l’équipe du SLM inaugure également pour cette édition l’Espace innovant, avec toute une section sur le livre audio. « C’est important de montrer qu’on est à l’affût de ce qui s’en vient. Il y a toutes sortes de nouvelles façons à travers le numérique de promouvoir les contenus, les récits… On ne met pas en opposition le numérique et le papier, les deux cohabitent et se servent l’un l’autre », avance Olivier Gougeon.

Quartier en vedette

Les événements culturels mettent souvent en vedette un pays ou une région invités. Mais pourquoi pas un quartier de notre propre ville ? C’est l’idée qu’ont fomentée le directeur de l’événement et Frantz Benjamin, autrefois conseiller municipal à Montréal et aujourd’hui député libéral au provincial. « L’idée est de mettre en exergue les quartiers montréalais, dans ce cas Saint-Michel, et de faire découvrir un quartier méconnu des Montréalais et un des lieux d’accueil pour les nouveaux arrivants », note M. Gougeon. L’initiative est bidirectionnelle : d’un côté, l’accès des Saint-Michelois au SLM sera favorisé avec des autobus nolisés et la distribution de billets gratuits, et de l’autre, au salon, un kiosque permettra aux visiteurs de découvrir le quartier grâce à de l’information et à diverses animations.

Le Salon du livre de Montréal se tiendra du 20 au 25 novembre à Place Bonaventure.

À noter que l’accès au SLM sera gratuit le 20 novembre et qu’on peut se procurer un passeport au prix d’un billet régulier en prévente jusqu’au 20 novembre en soirée.

> Consultez le site web du Salon du livre de Montréal