(Paris) Un total de 524 romans dont 336 français et 188 étrangers sont attendus en librairie entre la mi-août et la fin octobre pour une rentrée littéraire la plus resserrée depuis 20 ans, selon le décompte du magazine professionnel Livres Hebdo.

Alain JEAN-ROBERT
Agence France-Presse

Parmi ces titres, 82 premiers romans tenteront de tirer leur épingle du jeu dans un marché du livre toujours à la peine.

Prudents, les éditeurs ont sensiblement réduit la voilure. Par rapport à l’an passé la production en titres a baissé de 7,6 %, souligne Livres Hebdo.

Une étude de l’institut GfK publiée cette semaine à l’occasion des Rencontres nationales de la librairie laissait entendre que la rentrée littéraire n’était plus un rendez-vous si attendu. L’an dernier, les livres de la rentrée ont généré un chiffre d’affaires de 48 millions d’euros (70 millions $), soit 32 % de moins qu’en 2012.

Vincent Montagne, président du Syndicat national de l’édition, a souligné la semaine dernière qu’une des raisons de la contraction du marché du livre était que la dernière rentrée littéraire n’avait « pas su pleinement satisfaire les attentes des lecteurs ».

Quelles qu’en soient les raisons, le chiffre d’affaires des éditeurs a reculé de 4,38 % l’an dernier. Le nombre d’exemplaires vendus est, quant à lui, passé de 430 millions en 2017 à 419 millions en 2018, soit une baisse de 2,52 %.

Qui alors pour redresser la barre ?

Comme chaque année, la rentrée sera l’occasion de découvrir le nouvel opus d’Amélie Nothomb (Soif, Albin Michel, 21 août). Parmi les auteurs dont on guettera le retour, il y a Sorj Chalandon (Une joie féroce, 14 août, Grasset), Karine Tuil (Les choses humaines, 22 août, Gallimard), Claro (Substance, Actes Sud, 21 août) et Luc Lang (La tentation, Stock, 21 août).

Nouveau Modiano

Chez L’Olivier, on trouvera à partir du 14 août un nouveau roman de Jean-Paul Dubois (Tous les hommes n’habitent pas le monde de la même façon). Au Seuil, on attend également le 14 août Les petits de décembre, le nouveau roman de la jeune auteure algérienne Kaouther Adimi et Amazona le nouveau livre de Patrick Deville. Chez Stock, on se penchera dès le 21 août sur Rien n’est noir de Claire Berest et La part du fils de Jean-Luc Coatalem.

On retient aussi Civilizations de Laurent Binet (Grasset, 14 août) et trois titres publiés le 22 août chez Gallimard : Par les routes de Sylvain Prudhomme, Le ciel par-dessus le toit de Nathacha Appanah et Éden de Monica Sabolo.

Chez Flammarion, on notera le retour d’Olivier Adam qui publie le 21 août Une partie de badminton tandis que Minuit publie le 5 septembre La clé USB de Jean-Philippe Toussaint.

Parmi les premiers romans, on a hâte de découvrir Une histoire de France (Gallimard, 22 août) de Joffrine Donnadieu, La chaleur (Flammarion, 28 août) de Victor Jestin, Compléments du non (Mercure de France, 22 août) d’Aurore Lachaux et Rhapsodie des oubliés (La Martinière, 29 août) de Sofia Aouine.

Promis à un large succès, un nouveau roman du prix Nobel de littérature Patrick Modiano paraîtra en octobre. Intitulé Encre sympathique, le roman de Patrick Modiano sera disponible en librairie le 3 octobre.

En littérature étrangère, plusieurs écrivains américains à commencer par Joyce Carol Oates (Un livre de martyrs américains, Philippe Rey, 5 septembre) ou le géant oublié William Melvin Kelley (Un autre tambour, Delcourt, 5 septembre) sont annoncés.