Avec ses parodies de vidéos virales mettant en vedette Monique Jérôme-Forget et Marie-Maude Denis, la fameuse Yolande Ouellet et sa dinde noire ou Charles d’Occupation double, la comédienne Ariel Charest a créé un phénomène. En quelques semaines seulement, plusieurs vidéos de son compte intitulé Elle fait du lipsync ont atteint les 100 000 vues chacune sur Instagram et Facebook.

Samuel Larochelle Samuel Larochelle
Collaboration spéciale

Diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec, Ariel Charest doit vivre depuis huit mois avec une succession de projets artistiques annulés et reportés, qui lui minent le moral. Mais le succès qu’obtiennent ses parodies depuis le 9 octobre lui a redonné le sourire. « Ça me fait un bien fou de reconnecter avec le public que je contacte habituellement via la scène, explique la comédienne de 29 ans. Les médias sociaux sont un autre espace pour communiquer et transmettre des émotions. »

La comédienne fait du lipsync uniquement sur des vidéos qu’elle affectionne. Une activité qu’elle a commencée durant le premier confinement, pour se divertir et se garder éveillée mentalement, malgré ce qu’elle vivait. « J’ai débuté avec une vidéo de Lucie Laurier, quand elle a choisi sa nouvelle voie de vie, explique-t-elle, pince-sans-rire. J’ai mis ça sur ma page Facebook personnelle pour divertir mes amis, qui sont habitués à mes niaiseries. »

Elle a poursuivi l’aventure, en privé, tous les 10 à 14 jours. « Mes proches ont commencé à me dire avec acharnement que je devrais faire une page pour mes vidéos. J’ai hésité. Je me demandais si les gens allaient me suivre. Finalement, je l’ai lancée au début octobre. »

Très rapidement, les réactions se sont multipliées : mentions j’aime par milliers, partages par centaines, éclats de rire à la pelletée. Son travail rejoint un public de plus en plus large… et même les personnes qu’elle parodie. Plusieurs candidats des émissions Mixmania et Loft Story lui ont écrit. Charles d’Occupation double a partagé la vidéo de sa parodie en faisant preuve d’autodérision.

La journaliste Marie-Maude Denis a même commenté la fameuse vidéo de son entrevue avec l’ex-ministre libérale, en affirmant qu’il s’agissait de la meilleure parodie qu’elle avait vue.

J’ai été super touchée de sa réaction. Pour l’instant, Monique Jérôme-Forget n’a pas encore réagi. J’ai un peu peur. Je ne veux pas qu’elle me trouve méchante. Il n’y a pas une once de malice envers les gens que je parodie. Je le fais avec énormément de bienveillance.

Ariel Charest

La justesse de son lipsync fait d’ailleurs penser à celui de l’humoriste américaine Sarah Cooper et de ses parodies du président Donald Trump et de sa famille.

Effet boule de neige

Alors que la première parodie de Charles d’OD a fait passer le nombre de vues par vidéo de 5000 à 30 000, l’intérêt de ses admirateurs n’a pas faibli. Depuis quelques semaines, les internautes raffolent de ses personnifications de Marie-Chantal Toupin, des concurrents de la défunte émission Coup de foudre et d’une jeune fille qui tente d’imiter Whitney Houston. « J’ai besoin d’être attachée émotionnellement à ces vidéos. Que ce soit Yolande Ouellet ou la Whitney girl, ça me rappelle la période où les vidéos virales étaient de plus en plus nombreuses. »

Une fois qu’elle a choisi une vidéo au contenu éclatant, elle en extrait l’audio pour faire le lipsync. Puis, elle passe quelques heures en tournage dans son appartement.

PHOTO FOURNIE PAR ARIEL CHAREST

Ariel Charest est diplômée du Conservatoire d’art dramatique de Québec.

Je n’ai pas de texte à écrire ni de grande préparation. Je ne pratique pas durant des jours avant d’enregistrer. J’ai une habileté pour absorber ce genre de contenu très rapidement.

Ariel Charest

Bien qu’elle recommence à plusieurs reprises pour arriver à une performance de qualité, tout est fait dans le plaisir. « J’aime cibler les subtilités dans le texte pour rendre mon interprétation la plus juste possible. Après ça, je fais un montage très sommaire avec les moyens du bord. Je ne suis pas vidéaste. »

Par contre, elle est comédienne professionnelle. Et ça paraît. « Au fond, mes vidéos, c’est du jeu. J’ai l’impression de me servir de ce que je fais dans mon travail pour des vidéos qui me font beaucoup rire. Je mets un peu de maquillage et des vêtements qui aident à colorer les personnages, mais ça reste de l’interprétation. »

Elle prévoit poursuivre sur sa lancée encore longtemps. « Je promets de tourner d’autres grandes épopées. Des vidéos virales à la Yolande Ouellet. Il y a du Céline Dion qui s’en vient. Et des surprises un peu underground auxquelles les gens ne s’attendent probablement pas. J’ai hâte de voir leurs réactions ! »

Consultez la page Facebook Elle fait du lipsync

> Consultez la page Instagram Elle fait du lipsync