On a fait connaissance hier avec Anne-Élisabeth Bossé l’humoriste de stand-up. À la barre de son premier gala Juste pour rire, elle a ajouté une nouvelle corde à son arc déjà bien fourni. Ses invités se sont occupés du reste. La soirée Bossé et ses invités a été un succès.

Marissa Groguhé Marissa Groguhé
La Presse

Radieuse Anne-Élisabeth

« J’avais six mois pour apprendre un nouveau métier, a dit Anne-Élisabeth Bossé dans son numéro d’ouverture. Mais je suis une adulte, j’ai des ressources : j’ai appelé ma mère. » Anne-Élisabeth Bossé n’est pas humoriste, mais, hier, c’était tout comme. On la sait très drôle (les neuf saisons des Appendices nous l’ont démontré), mais ce n’est pas une mince tâche que de se glisser dans la peau d’un artiste de stand-up. Hier, la polyvalente comédienne a été tordante. Elle nous a servi de très bons gags, sans punchlines (mis à part peut-être l’arrivée de sa mère sur scène pour donner le coup d’envoi au gala), mais soutenus par une narration qui nous a gardé le sourire accroché au visage du début à la fin.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Anne-Élisabeth Bossé et sa mère

L’effet Louis-José

Ce n’était pas indiqué sur le programme, mais Louis-José Houde a fait une (formidable) apparition hier. « Ça m’a pris quatre heures pour lui écrire un courriel de trois lignes pour lui demander de venir », a annoncé Anne-Élisabeth Bossé avant que la foule n’accueille le vétéran en applaudissant à tout rompre. Tirés de son spectacle Préfère novembre, ses gags sur les mères chefs de famille monoparentale ont été les préférées du public, à en croire la réaction dans la grande salle Wilfrid-Pelletier. Sept ans après sa dernière apparition dans un gala Juste pour rire, Louis-José Houde a été la surprise parfaite.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Louis-José Houde

Méli-mélo humoristique

En début de spectacle, le pétillant Alexandre Forest a succédé à Dominic Paquet. Pour son premier gala, portant de clinquantes boucles d’oreilles et un collier assorti, il s’est lancé directement dans le vif du sujet : son look, qui « [le] fait douter de l’orientation sexuelle des filles [qu’il] fréquente ». Puis, il s’est penché sur le problème des internautes agressifs sur les réseaux sociaux, en prenant l’exemple d’une de ses publications contre la transphobie, qui s’est attiré d’ignobles commentaires. Après Philippe Laprise, Sébastien Dubé s’est joint à Anne-Élisabeth Bossé pour un sketch aussi étrange que divertissant. Le parfait clou du spectacle. C’est ce qui est bien de ces Soirées Carte Blanche : les invités des animateurs (qui ont été très bien choisis hier) apportent une grande variété de styles humoristiques. Parfois ça rit plus d’un côté de la salle que de l’autre, mais tous y trouvent leur compte.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Alexandre Forest

La mariée

Accompagnée de Katherine Levac, Anne-Élisabeth Bossé a rechaussé ses souliers de comédienne pour un sketch autour d’un mariage qu’on n’aura finalement jamais pu voir. Le duo était hilarant, Levac jouant (à la perfection) la cruche, Bossé, la découragée, qui abandonne l’idée du sketch à mi-chemin. La brève réapparition de Louis-José Houde, qui jouait l’époux d’Anne-Élisabeth Bossé (alias Marie-Josée), a été la cerise sur le gâteau. Le trio a fait place à Daniel Tirado, qui a également très bien fait – l’humour pince-sans-rire de ce Québécois qui réside à New York a été un autre très bon moment de la soirée Bossé. En milieu de gala, Guillaume Pineault a raconté une marrante anecdote tirée de son passé d’étudiant en ostéopathie. Juste après, Julien Chidiac a ajouté la touche ridicule à une soirée d’humour pêle-mêle.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Katherine Levac et Anne-Élisabeth Bossé

Le verdict

En bref : une réussite. L’ambiance était bonne, les invités ont tous été salués par des applaudissements nourris et mérités. Et, le plus important, les éclats de rire n’ont pas manqué. Ça riait quand Julien Chidiac a énuméré pendant d’interminables (mais amusantes) minutes les points communs entre le soleil et les choses de la vie (la CAQ, la calvitie, Giovanni Apollo). Ça riait quand Guillaume Pineault a parlé d’examen utérin. Ça riait quand Anne-Élisabeth Bossé et Sébastien Dubé ont fait semblant d’être un couple d’ex qui se désirent encore. Quant à l’actrice-animatrice et maintenant humoriste, elle a été surprenante et franchement très drôle. On souhaite plus d’humour dans la carrière bien remplie d’Anne-Élisabeth Bossé. Ça lui sied bien.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Julien Chidiac