Francophone et anglophile, humoriste et journaliste, underground et mainstream, Thomas Leblanc refuse d’être enfermé dans une petite case. Passant d’un public à l’autre avec une aisance déconcertante, il animera durant le prochain mois un spectacle bilingue, un « bien cuit » à Céline Dion et un hommage queer à Éric Lapointe !

Samuel Larochelle Samuel Larochelle
Collaboration spéciale

Après des années à travailler comme journaliste et recherchiste pour les émissions de Christiane Charette, Thomas Leblanc s’est lancé dans l’humour. « J’avais envie de monter des shows qui ressemblent à ma vie queer, bilingue et montréalaise », explique le trentenaire.

Le fait de s’identifier comme un humoriste queer est une évidence pour celui qui a fait son coming out à 14 ans et n’a jamais été victime d’intimidation. Son aisance par rapport à son orientation sexuelle l’aide d’ailleurs à parler librement de certains sujets comme l’homosexualité, les catégories sur les applications de rencontres queer (loutre, ours, twink, jock) et le sexe anal à un public diversifié. « J’aime shaker les gars hétéros dans leur straightness ! »

Considérant que le milieu de l’humour francophone est encore très blanc, masculin et hétérosexuel, Thomas Leblanc sait qu’il détonne.

Dans les clubs de stand-up, dès qu’il y a une fille ou une personne queer qui monte sur scène, en prenant l’angle juste à côté, les gens écoutent, car ils sont peu habitués à entendre ça.

Thomas Leblanc

Toutefois, loin de lui l’envie de brusquer les spectateurs du début à la fin. « Je gosse des zones plus sombres comme la santé mentale, le désir, nos angoisses personnelles et collectives, mais j’aime qu’on se rende quelque part de le fun. Je suis un rassembleur. »

Entre Éric et Céline

On se demande quand même comment il a créé des rapprochements entre Éric Lapointe et l’univers queer. « Au-delà de son amour pour le cuir, Éric assume son rapport à la marginalité, à la vie de nuit et de bars. Il est très sensible et décomplexé face aux relations amoureuses. Il veut aimer et s’engager, même si ça ne fonctionne jamais, ce qui me fait beaucoup penser aux amours gaies en 2019. »

Dans le spectacle Petit Cuir, dont la dernière représentation a lieu aujourd’hui, l’humoriste s’amuse à détourner des chansons comme Les Boys, Tendre fesse et Terre promise, qui parle d’exil et de personnes qui quittent l’endroit d’où elles viennent pour vivre à Montréal, comme de nombreux membres de la communauté LGBTQ+.

Aux côtés du drag king Rock Bière, de la drag queen Mona de Grenoble et du musicien Guillaume Mansour, Thomas Leblanc ridiculisera – avec amour – le célèbre rockeur.

Au début, on est dans le “what the fuck”, mais plus on creuse, plus on le trouve touchant. Au fond, au Québec, il n’y a pas tant de personnalités plus grandes que nature comme Éric.

Thomas Leblanc

Il y a bien sûr Céline Dion, qui sera le sujet principal de Sainte Céline, un « bien cuit » multidisciplinaire qu’il présentera pour la troisième année avec Tranna Wintour. Le 25 juillet, leurs blagues fuseront en direct de la scène extérieure de Juste pour rire. « Moi, je suis un grand fan de Céline, mais Tranna n’est pas capable. Elle la trouve fausse et elle l’égratigne. »

Offrant un mélange de chansons et d’humour, de diapositives des looks marquants de la diva de Charlemagne et de ses pires chansons, la soirée fera certainement réagir ses ardents défenseurs. Un « bien cuit » similaire sera servi à Britney Spears le 14 août durant Fierté Montréal.

Jusqu’au 25 juillet, Leblanc anime également un spectacle de stand-up bilingue, Bonjour, Hi ! « Je fantasme depuis longtemps sur un spectacle bilingue sur scène et dans la salle. Je sais que plein de francophones regardent des spéciaux d’humour en anglais sur Netflix et je suis certain qu’ils vont adorer découvrir les Anglo-Montréalais qui me font crouler de rire. »

Il affirme que la dimension bilingue de Montréal est fondamentale dans son existence. « J’ai dirigé un magazine bilingue, Nightlife, de 2008 à 2010. Mon chum est anglophone. C’est extrêmement important pour moi d’être francophone et de bien parler français, mais parfois, je ne me reconnais pas dans le côté unilingue francophone, quand on fait semblant que le fait anglo n’existe pas à Montréal. »

Il bâtit même des ponts avec le reste du Canada en enregistrant à Montréal une émission balado pancanadienne, Chosen Family, qu’il coanime avec Tranna Wintour. Né grâce au Centre Phi en 2017 et nommé parmi les meilleures balados canadiennes par Apple, le projet a récemment migré sur la plateforme de CBC. Depuis leur retour en juin, les coanimateurs ont reçu Ryan O’Connell, créateur de la télésérie Special, diffusée sur Netflix, et Lauren Morelli, productrice de la nouvelle saison de Tales of the City. Demain, le public pourra découvrir leur entrevue avec Margaret Cho, pionnière de l’humour queer depuis plus de 25 ans.

Petit Cuir, au Studio Hydro-Québec du Monument-National, ce soir, à 22 h ; Bonjour, Hi !, au Cabaret du 4e du Monument-National, les 19, 20 et 23 juillet ; Sainte Céline : A New, New Day, à la place des Festivals, le 29 juillet, à 19 h 15

Consultez le site web de Zoofest & OFF-JFL

Consultez le site web de Juste pour rire