Des « danses à 10 » au MAC, des « siestes acoustiques » au Centre PHI: la Nuit blanche de Montréal en lumière prendrait-elle le virage olé-olé pour sa 10e présentation? Peut-être, mais pas autant que pourraient le laisser croire les titres de quelques-unes des affaires de la nouvelle mère de toutes les nuits de Montréal...

Mis à jour le 13 févr. 2013
Daniel Lemay LA PRESSE

En gros: 185 activités de toutes natures et gratuites pour la plupart, dans trois quartiers Quartier des spectacles, Plateau/Mile End, Vieux-Montréal et un pôle, celui du Parc olympique.

Un million de participants depuis 10 ans, 300 000 juste l'an dernier, rappelait hier Alain Simard, président-fondateur de MEL, en soulignant que Nuit blanche détenait le record (montréalais) d'affluence en une seule journée. Une seule nuit, en fait, où se rassemblent amateurs d'art, de danse et de conte, friands de performances artistiques extrêmes, cinéphiles, explorateurs d'installations, gourmets toujours fins avec les autres noctambules qui s'arrangeront pour ne pas travailler le dimanche 3 mars...

Un parcours parmi 100 000 autres: David Usher sur l'Esplanade de la PdA (20h), La Grande Nuit du Rock à la Cinémathèque (où a aussi lieu le party de clôture des Rendez-vous du cinéma québécois), le retour du dance party Bouge de là devant MusiquePlus, Cabaret Nuit blanche au Monument-National jusqu'à 3h, Bande à part au Métropolis jusqu'à 5 (montrealenlumiere.com),

Une Nuit blanche sans mettre le nez dehors au MAC ou à la Grande Bibliothèque transformée en arène philo-ludique. Montréal en illuminations sur le « bateau » de l'UQAM et le siège social d'Hydro, et Pluie de lumière interactive dans le parc Fred-Barry, près de la Maison symphonique. Dix milles lumières pour les 10 ans de Nuit blanche: ça va être « LED »!