Près de 60 diffuseurs ont vu les spectacles programmés par Montréal complètement cirque jusqu'à présent, soit trois fois plus que l'an dernier! Des programmateurs de festivals, des directeurs de compagnies ou de lieux de diffusion, des associations de cirque, etc. Venus des États-Unis, du Mexique, de la France, de la Belgique, de la Suisse, de l'Espagne, mais aussi de la Russie et même du Japon.

Mis à jour le 19 juill. 2011
Jean Siag LA PRESSE

Tous les espoirs sont ainsi permis pour le jeune festival qui a l'ambition de devenir l'un des incontournables de la planète cirque. «C'est sûr qu'on sent l'intérêt et la curiosité des diffuseurs, indique le directeur général de la TOHU, Stéphane Lavoie. Les Américains, par exemple, découvrent les arts du cirque contemporain, et ils aiment ça.»

Résultat: plusieurs des spectacles programmés cette année connaîtront une deuxième vie.

Patinoire, spectacle solo des 7 doigts de la main, créé et interprété par Patrick Léonard, pourrait être présenté dès l'an prochain au International Festival of Arts and Ideas de New Haven, au Connecticut. C'est ce qu'a laissé entendre sa directrice générale, Mary Lou Aleskie, qui a également manifesté de l'intérêt pour la deuxième création du Cirque Alfonse, Timber.

De France, le Cirque-Théâtre d'Elbeuf, l'équivalent de notre TOHU, a eu un coup de coeur pour L'impro cirque, créé l'an dernier par Philippe Trépanier et Nicolas Fortin. La directrice de ce lieu de diffusion en Haute-Normandie, Hélène Cadiou, aimerait bien que les deux Québécois présentent leurs joutes d'improvisation circassienne (calquées sur les matchs de la LNI) avec une équipe québécoise et une française.

La Japonaise Yukiko Akazawa a aussi signifié son intérêt pour L'impro cirque, selon Stéphane Lavoie. «C'est un concept original qui pourrait très bien fonctionner là-bas», a-t-il dit. Avec l'avantage que les performances acrobatiques sont universelles et n'ont pas à franchir la barrière linguistique.

Le Cirque-Théâtre d'Elbeuf a également l'intention de programmer le spectacle id, du Cirque Éloize, créé l'an dernier pour la première mouture de Montréal complètement cirque. Hélène Cadiou serait également intéressée par Timber.

Yohann Floch, qui dirige un réseau de 52 diffuseurs européens appelé Circostrada, travaille depuis plusieurs années avec les compagnies et diffuseurs québécois. Selon lui, il ne s'agit pas uniquement de signer des contrats avec les compagnies présentes, mais aussi de créer des liens avec elles et de les suivre.

C'est le cas de Kiki Muukkonen, directrice artistique du Subtopia Circus Fair en Suède, membre de Circostrada, qui a poursuivi son travail de repérage sans pour autant conclure d'entente. Celle qui a programmé en 2009 le spectacle Psy, des 7 doigts de la main, surveille de près le travail de la troupe québécoise.

Selon Stéphane Lavoie, les deux créations québécoises qui ont joui du plus grand buzz depuis le début du festival sont Patinoire et Timber. Des shows originaux, typiquement québécois, qui s'exportent relativement facilement. Sans vouloir confirmer quoi que ce soit, le directeur général de la TOHU a indiqué à La Presse que plusieurs discussions avaient lieu en ce moment concernant ces deux spectacles.

Compagnies étrangères

Du côté des compagnies étrangères, deux spectacles ont séduit les diffuseurs présents (comme la critique): Wunderkammer, de la troupe australienne C!rca, et Le chant du dindon, de la compagnie française Rasposo. Toujours selon Stéphane Lavoie, ces deux spectacles ont été particulièrement appréciés par les diffuseurs «non européens», notamment aux États-Unis et au Mexique. «Ce sont des spectacles qui n'ont pas d'équivalent», a-t-il dit.

Plusieurs diffuseurs (y compris ici à Montréal) attendent d'ailleurs de voir la nouvelle création de C!irca, dirigé par Yaron Lifschitz. En attendant, Mary Lou Aleskie nous a confirmé que Wunderkammer sera présenté en juin prochain au Festival of Arts and Ideas de New Haven.

Le Cirque invisible de Jean-Baptiste Thierrée et Victoria Chaplin a également suscité beaucoup d'intérêt. «Ils tournent beaucoup en Europe, mais ils se sont faits plus rares depuis quelques années, explique Stéphane Lavoie. Beaucoup de Français ont vu leur spectacle ici pour la première fois.» Le duo a déjà fait une tournée américaine il y a 10 ans, mais il n'est pas exclu qu'il répète l'expérience.

Quant à la programmation du prochain festival Montréal complètement cirque, Stéphane Lavoie n'a pas voulu se mouiller. «Il est encore trop tôt, a-t-il répondu. Il y a le festival d'Édimbourg au mois d'août et plusieurs festivals européens à l'automne. On n'arrêtera pas nos choix avant le mois de novembre.»

Le festival se poursuit cette semaine avec, entre autres, les trois compagnies belges: Okidok, Les Zyrgomatik et Le Carré Curieux.