Il y avait foule au studio Hydro-Québec du Monument-National, mercredi soir, pour la première du Geek Show. Force est de constater que les six humoristes derrière cette soirée ont rencontré leur public. Il y avait même un spectateur déguisé en Luigi dans la foule. Cette présence, certainement arrangée avec le gars des vues, a ajouté à l'ambiance.

Publié le 28 juill. 2011
Daniel Dubrûle LA PRESSE

Les six gars du Geek Show ont offert ce qu'ils ont annoncé. En ce sens, pour rester dans le thème, ils sont WYSIWIG (What you see is what you get. Traduction libre : Vous obtenez ce que vous voyez à l'écran).

La soirée a pris la forme d'un mini-gala de stand-up bien traditionnel ponctué de quelques présentations vidéo dans le ton.

D'entrée de jeu, l'animateur de la soirée, François «Fancy Pants» Boulianne annonce les couleurs et prévient un peu les spectateurs de ce qui s'en vient. Ce sera une soirée pour nostalgiques sur les thèmes des consoles vidéo, des vieux films d'action, des jeux de rôles et pour ceux qui ont déjà cru à la lutte.

Le numéro d'Alexandre Douville s'est enchaîné très bien avec son inventaire des méchants de l'univers geek. Il a aussi lancé quelques lignes savoureuses sur la xBox de Microsoft. «Pourquoi l'ont-ils si mal nommée? C'est une boite X, quelconque. Ils en ont sorti une nouvelle qui a confirmé leurs dires. La xBox360. On a fait le tour et puis, oui! C'est une boite! Je suppose qu'ils ne pouvaient pas l'appeler réceptacle de plastique avec manettes! 

Une rencontre entre deux lutteurs de Verdun en quête de public est sortie du ton de la soirée avec un jeu plus physique, moins stand-up. Seul numéro à deux personnages, les blagues grivoises de Frank Grenier en Bam Bam Robidoux sont tombées à plat, comme celles de son numéro solo.

Les deux derniers numéros du spectacles, celui de Yannick De Martino puis celui de Simon Gouache sont les plus à points. Le timing des répliques, le ton des humoristes nous fait la preuve qu'on est en présence de bons scripteurs, de bons raconteurs d'histoire. Si certains détails du récit très technique d'un joueur de Pokémon frustré nous échappent, on rit avec lui. Simon Gouache bifurque rapidement vers une présentation d'un match de hockey sous la forme d'un gala de la WWE. Certains lui enlèveront des points pour non-respect du thème, mais sa narration est trop bien construite pour lui en tenir rigueur.

Ils étaient nombreux à la sortie à se questionner sur la pertinence d'inclure la lutte dans une soirée thématique sur les geeks, mais cela ne semble pas avoir gâché la soirée du public.

Le Geek Show, dernière représentation ce soir au studio Hydro-Québec du Monument-National, à 20h30.