Laurent Paquin animera ce week-end son 10e gala Juste pour rire consécutif. Il abordera cette fois l'obsession des Québécois pour les fêtes. Battant le fer pendant qu'il est chaud, il reprendra tout de suite après son troisième one man show, L'ereure est humaine, lancé à Montréal au mois de mars dernier.

Jean Siag LA PRESSE

Ça fait quatre ans que Laurent Paquin bat le record du plus grand nombre de galas animés par la même personne. «C'est tripant, dit Laurent Paquin d'entrée de jeu. C'est une des choses que j'aime le plus, faire les galas. J'ai un plaisir immense chaque année, c'est tout le temps différent. Et puis, il y a quelque chose de prestigieux là-dedans. J'ai encore en tête que je voyais ça à la télé, ces shows-là.»

Laurent Paquin a d'abord hésité lorsqu'on lui a proposé le thème des fêtes. «Sur le coup, je n'étais pas certain parce que c'était loin des thèmes que j'avais abordés par le passé - le chialage ou la critique sociale. Je ne suis pas un humoriste que les gens associent au party. Je ne suis pas un showman qui danse comme Rachid Badouri ou Philippe Bond. Mais j'ai trouvé une façon de m'approprier le sujet.»

Et quelle est cette façon? «Je vais commencer le gala en faisant mon «casseux de party», répond Laurent Paquin. Mais je dois trouver le bon dosage pour ne pas «casser le party» pour vrai! Il faut que je sois le gars un peu de mauvaise foi, qui chiale et qui s'emporte. Je m'interroge sur notre obsession des partys, sur ce que ça cache. Pourquoi on dit qu'une personne soûle est sur le party. Elle n'est pas sur le party, elle est soûle!

«On a aussi réalisé que, chaque jour de l'année, on fête quelque chose, poursuit-il. C'est le jour de ceci ou la semaine de cela à longueur d'année. Le soir de mon gala, par exemple, ce sera le jour du melon! C'est aussi absurde que ça... Je ne sais pas qui décide ça, mais on va aborder cette question. François Bellefeuille, par exemple, fera un numéro où il créera sa propre fête!»

Fêtard à ses heures

Outre François Bellefeuille, un humoriste qu'il affectionne particulièrement, Laurent Paquin promet de créer une ambiance festive pour ses autres invités. Parmi eux, on retrouvera Adib Alkhalidey, Martin Vacher, Mélanie Ghanimé, Anthony Kavanagh, Billy Tellier et la recrue de Victoriaville, Silvi Tourigny. On retrouvera aussi son complice de scène François Morency et le comédien Réal Béland, qui signe aussi la mise en scène.

Laurent Paquin est-il un gars de party? «Je suis un gars plus tranquille que la moyenne des humoristes, je crois... Mais oui, j'aime faire le party. Je suis le gars qui peut fermer la tente VIP pendant le festival, même si je suis épuisé. Mais dans la vie de tous les jours, je suis tranquille. J'avoue que je suis un père de famille un peu pépère. Je n'ai plus 20 ans, j'ai fait mes abus. C'est mon corps qui m'a ramené un peu sur terre.»

Reprise de L'ereure est humaine

Son troisième one man show, qu'il a interrompu en avril pour aller chercher sa fille adoptive en Russie, sera repris dès mardi prochain. Sera-t-il tenté d'inclure un segment sur les erreurs humaines qu'on commet comme parent? «C'est vrai qu'il y a matière à rire, mais, pour l'instant, le show est écrit et je préfère le garder tel quel. Je peux rajouter des éléments, mais il faut que ça fitte avec le spectacle.»

Cet auteur de chansons satiriques, qui a notamment attiré l'attention avec sa chanson sur le «Matricule 728» (qu'il a finalement retirée du web), continue de jouer des morceaux dans son show, mais il ne compose plus de nouvelles tounes. «Avec mon album qui est paru l'an dernier, j'ai l'impression d'avoir un peu vidé le sujet de ce que je pourrais faire en chanson.»

À court terme, Laurent Paquin planche sur un projet de sitcom. «J'aime jouer devant un public pour la télé. Ça a un peu moins la cote auprès des critiques de télé, mais ça marchait bien. Km/h, Histoires de filles, Catherine, ce n'est pas du rire en «canne»; on jouait devant du vrai monde. Je ne sais pas si ça va aboutir, mais on va essayer de mener ce projet-là à terme.»

_______________________________________________________________________________

Le gala de Laurent Paquin, ce soir et demain à la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts. L'ereure est humaine à partir du 23 juillet au Théâtre Jean-Duceppe.