«Un préservatif, c'est comme un artiste de la relève, on ne sait jamais quand ça va percer!» Francis Papineau ne sait pas si bien dire... mais le spectacle des finissants de l'École nationale de l'humour, en mai dernier, était si réussi que le Festival Juste pour rire leur a ouvert ses portes pour trois autres soirs au Club Soda, aujourd'hui, demain et samedi.

Éric Clément LA PRESSE

Le spectacle du 26 mai était fort bien fait. Avant chaque numéro, le metteur en scène Dominic Anctil a déployé des trésors d'imagination pour présenter chaque humoriste avec des accessoires, des effets visuels et du multimédia bien calibré.

Le show a débuté avec Pierre-Bruno Rivard et ses blagues d'ado. Puis, Émilie Poisson est arrivée sur scène avec une corde à linge en travers de la tête, un «poteau planté dans ma zone émotive», a-t-elle dit. Très théâtral, Sébastien Russel a raconté une histoire de nain et de diabétique, «un mariage shortandsweet!», a-t-il lancé.

Puis, le «mystérieux» James Mannela a sorti quelques bonnes blagues dont celle-ci: «J'ai croisé ma blonde avec son chien, ça donne un drôle de mélange!» Dominic Roch-Sickini avait, lui, brodé une belle histoire sur le soleil qui fait «de grosses journées» et rentre chez lui «brûlé».

Jérémie Larouche a fait une belle entrée en matière avec son James Bond. Mais le coeur de son sketch était son curé rappeur aux messages discrètement transmis: «Ne nous soumets pas à la tentation, mais si jamais tu le fais, mets pas de condom!» Texte bien écrit, belle mise en scène, le public était aux anges.

Au retour de l'entracte, Francis Papineau a frappé fort. Mis à part sa blague sur le préservatif, il a lancé que «les enfants, c'est comme les refoulements d'égout, ça ravage une maison»... Puis Simon Delisle a déridé l'assistance avec sa baleine qui produit 1800 litres de sperme «à chaque fois». Sa seule présence, avec son crâne rasé, est redoutable.

Un des plus à l'aise sur scène, Adib Alkhalidey, a abordé le thème de l'éducation des enfants. Parlant vite, il fait indéniablement penser à Louis-José Houde et semble promis à un bel avenir. «À l'école, j'ai tellement été au coin que j'aurais pu creuser un trou jusqu'à la cour de récréation». «Ma mère m'a appris la natation, car elle savait qu'un jour, on m'interdirait de prendre l'avion!»

Charles Beauchesne a aussi réussi son coup, ce soir-là, avec un sketch très construit, déjà très professionnel, avec toute une mise en scène, notamment quand il joue ce que ressent dans le métro quelqu'un qui a fumé du haschich. Pas pire pantoute.

Enfin, Pierre-Luc Pomerleau déguisé en bibitte à patates a clos la soirée avec un numéro qui va rester dans nos mémoires. Un moment si drôle que François Morency a eu la bonne idée de l'inclure dans ses deux galas du festival cette année.

École nationale de l'humour, Spectacle des finissants au Club Soda aujourd'hui, demain et samedi à 19h.