Source ID:; App Source:

Beauty Remained... : merveilleux bric-à-brac!

Le premier spectacle de danse de l'événement 2013 du FTA, Beauty Remained... (Photo: fournie par le FTA)

Agrandir

Photo: fournie par le FTA

Stéphanie Brody

collaboration spéciale

La Presse

Le premier spectacle de danse de l'événement 2013 du FTA, Beauty Remained just for a moment then returned to her starting position, de la chorégraphe sud-africaine Robyn Orlin, ouvre le bal sur un ton ludique et fort divertissant. Inspirée par la notion de beauté, façon Johannesburg, Orlin et les incroyables membres de la compagnie Moving into Dance Mophatong entraînent le public dans une folle quête.

Sept joyeux lurons partent à la recherche de cette beauté toute chimérique. Tandis que Teboho décide d'en parler à Dieu... sur Skype, l'énergique Julia se sacre elle-même reine de beauté et, tant qu'à faire, reine des rivières et des océans et reine du recyclage.

Le mot beauté, les interprètes vont l'énoncer, se le mettre en bouche, le chanter, se le passer dans le corps. La beauté, ils vont la trouver dans le majestueux soleil africain - et qu'importe s'il n'est ici représenté que par un vulgaire projecteur de poursuite; elle est aussi dans les incroyables costumes, signés Marianne Fassler, composés à partir d'un bric-à-brac de matériaux recyclés - de robes voluptueuses faites en cabas de plastique, des robes sonores en verres de styromousse ou un gros tutu de sacs-poubelle gonflés à bloc qui deviennent instruments de percussion.

Beauty Remained... change et se transforme constamment, fuyante et multiple comme la notion même de beauté. L'action se passe entre la scène et l'écran, la scène et la salle, entre des interprètes qui n'en finissent plus de se métamorphoser et d'entrer et de sortir, allant jusqu'à déborder dans les allées du théâtre lorsqu'ils demandent la participation du public.

Adepte des créations hétéroclites, Robyn Orlin sait éviter la cacophonie en rythmant Beauty Remained... de quelques temps forts, drôles ou philosophiques; ils permettent au spectateur de se poser un instant. La présence constante, et fort contagieuse, de Teboho Letele et de Julia Burnham sert aussi de fil conducteur. Il y a bien du merveilleux dans cet incroyable bazar, à l'image des métropoles africaines.

________________________________________________________________________

Beauty Remained... jusqu'à ce soir, à la salle Ludger-Duvernay du Monument-National.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer