Source ID:550125; App Source:cedromItem

Valérie Carpentier, sur scène comme à la maison

Ambiance feutrée et jazzée pour le premier «vrai»... (Photo Bernard Brault, archives La Presse)

Agrandir

Ambiance feutrée et jazzée pour le premier «vrai» spectacle de Valérie Carpentier.

Photo Bernard Brault, archives La Presse

Josée Lapointe

Valérie Carpentier, grande gagnante de La voix en 2013, arrive seule vêtue d'une longue robe rouge, et entonne a cappella La rose rouge, seule chanson de son premier disque qu'elle a écrite elle-même. Puis le rideau s'ouvre sur la grande scène du Théâtre Maisonneuve, drapée de blanc sous une lumière tamisée par plusieurs abat-jour suspendus.

Le message est clair et Valérie Carpentier nous le dira deux chansons plus tard: nous sommes chez elle, dans son salon, pour ce spectacle à l'ambiance feutrée et jazzée d'une autre époque, qui sied parfaitement à la voix chaude et grave de la jeune femme.

Pour son premier spectacle solo, qui marque en fait le lancement d'une grande tournée qui démarrera en septembre, Valérie Carpentier a mis le paquet avec un band de quatre musiciens, deux choristes et un quatuor à cordes, les Mommies on the Run. Un entourage très « classe » pour une prestation qui l'est tout autant, musicalement aussi riche et variée que L'été des orages - titre tout à fait de circonstance en cette année de Francos au temps incertain -, pour lequel sa coach Ariane Moffatt a réuni la crème des auteurs-compositeurs d'ici, de Marie-Pierre Arthur à Yann Perreau, en passant par Pierre Lapointe, Daniel Bélanger et Carole Facal.

Trois invités spéciaux sont aussi venus faire un passage très remarqué: Philémon Cimon, pour l'accompagner seul à la guitare sur une toute nouvelle composition, et Daniel Lavoie et Alex Nevsky, qui sont venus chanter avec elle les pièces qu'ils avaient écrites pour le disque.

On le voit, non seulement elle peut transcender les générations et passer de la pop de Nevsky à l'indie de Philémon, mais Valérie Carpentier peut tout chanter, et elle l'a prouvé: un morceau de bravoure à la Skyfall ou un standard de jazz comme Petite fleur, du Barbara (Dis, quand reviendras-tu?) ou du Lana Del Rey (Video Games). Mais elle semblait parfois bien petite sur cette grande scène pourtant pleine de monde. Ses courtes interventions ponctuées de rires nerveux trahissaient sa fébrilité, et si sa manière de bouger les bras témoignait qu'elle a intériorisé ses chansons, on se dit qu'il lui reste encore un peu de chemin à faire pour vraiment les habiter - et habiter la scène.

Pendant le rappel - À fleur de peau, la chanson écrite par Ariane Moffatt lors de la finale de La voix - , on se dit surtout que ce talent d'interprète qu'elle possède ne peut que mûrir. Si elle continue à bien s'entourer, celle qui ressemble à une bonne élève qui fait tout bien saura trouver la bonne voie, la sienne.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer