Source ID:385338; App Source:cedromItem

Albin de la Simone : oser le dépouillement

Pendant au moins les 20 premières minutes de son tour de chant, Albin de la Simone était seul au piano électrique Wurlitzer.

Le piano n'était pas hyper amplifié. La voix non plus. Il ne fallait pas tendre l'oreille, mais presque, pour goûter ses chansons fines, qu'il poussait de sa voix douce et de ce ton pince-sans-rire qui cherche la connivence avec l'assistance.

Peu d'artistes auraient osé imposer cette délicatesse. Albin de la Simone, qui a ses habitudes à Montréal, n'a pas seulement eu du courage, il a eu raison.

Sa retenue a imposé une qualité d'écoute peu commune et une intimité qui existent rarement dans une salle de spectacle. Il a même poussé l'idée jusqu'à interpréter Tu vas rire sans micro, avec pour seul accompagnement ce violoncelle et ce violon pas même amplifiés qui l'avaient rejoint une quarantaine de minutes plus tôt.

Les applaudissements de la fin étaient plus bruyants que le concert. Et amplement mérités. Un chansonnier unique, un moment rare.

Au rappel, Albin de la Simone a été rejoint sur scène par Émilie Laforest et Pierre Lapointe pour une fort belle version de Monsieur, chanson dont il a signé la musique et qui apparaît sur Punkt, le plus récent disque de son bon ami québécois.




Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer