Malajube a toujours été un groupe chouchou des FrancoFolies : il a participé à l'événement spécial pour le 20e anniversaire des Francos, il a créé le spectacle conceptuel unique Cubes rubiques et il a donné une prestation-surprise l'an dernier. Prochaine étape ? Le grand spectacle de clôture sur la place des Festivals, demain soir.

Émilie Côté LA PRESSE

«On n'a pas joué beaucoup depuis décembre», indique Julien Mineau, le chanteur de Malajube, au bout du fil dans sa maison située dans un coin paisible de Maskinongé. «On va remonter un spectacle avec un beat différent et une autre sélection de chansons.»

Depuis la sortie de La Caverne, en avril 2011, Julien Mineau, Francis Mineau, Thomas Augustin et Mathieu Cournoyer ont fait une promotion et des tournées raisonnables. «On a joué dans les bonnes places sans s'épuiser, sans capoter à faire de la route non-stop...»

«Quand tu joues 15 soirs en ligne, tu t'écoeures, lance Julien Mineau. Tu es mieux de jouer juste un soir et avoir mal au corps pendant une semaine.»

Sorti en 2006, l'album Trompe-l'oeil a permis à Malajube de connaître beaucoup de succès et de faire plus de 250 spectacles. Mais trop, c'est comme pas assez, dit l'adage.

Si bien que son successeur, Labyrinthes, se voulait une réaction plus sombre et anticommerciale. Puis a suivi La Caverne, qui se voulait un retour à des pièces plus pop en retrouvant une sorte de juste milieu.

Malajube a par ailleurs remporté le trophée de l'album francophone de l'année pour La Caverne au gala des Juno. «C'était le jour de ma fête. J'étais content», lance Julien Mineau.

L'an dernier, le chanteur et parolier ne cachait pas avoir vécu une entrée dans la trentaine remuante. «Ça commence à se placer, dit-il. Des exemples te le rappellent souvent. Quand je joue au tennis, je n'ai plus 20 ans.»

Il suffit d'écouter les paroles des chansons de Malajube pour constater que la maladie est un thème qui hante beaucoup Julien Mineau. «C'est un combat, indique-t-il. Il y a des gens anxieux et c'est ma façon d'être anxieux. Des fois, on ne sait pas trop ce qui se passe dans ce corps-là.»

Aujourd'hui, il est également plus lucide par rapport à l'industrie de la musique. «Ça ne peut pas être un rêve qui continue toujours. Ça fait longtemps que je suis sorti du gros nuage.»

L'auteur-compositeur au grand génie créatif est néanmoins toujours aussi prolifique. «J'ai tout le temps des idées. Il faut parfois que j'arrête, question de ne pas devenir sourd.»

«Je suis très inspiré ces temps-ci...», ajoute-t-il.

Projet solo

Mineau s'amuse dans une sorte de projet solo où il expérimente «un nouveau genre, plus précis, orchestral, classique et encore plus mélodique». «Ce n'est pas commercial, explique-t-il. Il y a des chansons de 12 minutes.

«J'ai bien du fun et j'ai une trentaine de tounes, renchérit-il. Et j'écris aussi des trucs pour Malajube que je mets dans un autre dossier

À l'image des membres de Karkwa, les gars de Malajube sont occupés chacun de leur côté à différents «petits projets». Le claviériste Thomas Augustin a remis en marche son groupe Jacquemort, alors que le batteur Francis Mineau travaille sur un album. «C'est bon d'essayer autre chose sans pression», dit Julien Mineau, qui accueille aussi des groupes dans son studio maison (dont Bateau Noir, récemment).

Malajube reprendra néanmoins la route après les FrancoFolies pour des spectacles au Québec, au Canada anglais et peut-être aux États-Unis. À Montréal, Malajube se produira à L'Autre Saint-Jean, le 23 juin, au parc Pélican, ainsi que le 24 août dans le cadre du nouveau festival ExperienceMTL.

Et soulignons que le groupe a lancé un nouveau clip pas plus tard qu'hier pour sa chanson-titre de La Caverne. Sous la réalisation de Ben Steiger Levine, les images s'amorcent avec la mort d'une femme à plusieurs bras qui mène les membres de Malajube à une carte les transportant à l'intérieur d'une caverne. Mystérieux, noir et haletant, c'est un clip à voir.

____________________________________________________________________________

Malajube se produit samedi soir, à 21 h, sur la place des Festivals en clôture des FrancoFolies.