Avec Pierre Lapointe, Loco Locass, Groovy Aardvark, Kaïn, Robert Charlebois, Diane Tell, Plume Latraverse et Malajube qui tiennent le haut de l'affiche de la programmation extérieure gratuite des FrancoFolies, ce sera au tour des amateurs de musique d'occuper la rue, du 7 au 16 juin.

Émilie Côté LA PRESSE

La grève étudiante était néanmoins un sujet chaud lors de la conférence de presse de l'Équipe Spectra, mardi après-midi, alors des manifestants se réunissaient sur la Place des festivals. «Normalement, on joue à l'intérieur. Par hasard, le Québec est dans la rue et on va jouer dans la rue nous aussi», a dit Chafik de Loco Locass, dont le nouvel album Le Québec est mort, Vive le Québec! sortira le 12 juin, trois jours avant le spectacle gratuit que doit donner le trio sur la scène principale, qui reprend sa place au coin des rues Sainte-Catherine et Jeanne-Mance avec la fin des travaux du Quartier des spectacles.

«On arrive avec un site renouvelé, car on reprend possession de la rue Sainte-Catherine (...)», a indiqué le président-fondateur Alain Simard lors de la conférence annonçant les 150 spectacles extérieurs gratuits qui s'ajoutent aux 100 prestations en salles.

Pour tous les goûts

Impossible de tous les nommer, mais de 17h à minuit, il y en aura pour tous les goûts sur l'une et l'autre des six scènes. Des spectacles acoustiques à 17h avec les Soeurs Boulay (gagnantes du dernier concours des Francouvertes) et Karim Ouellet, et une série appelée «nouvelle chanson» avec Tristan Malavoy, Aurélie Cabrel («la fille de»), Francis Faubert et Marion, chanteuse «chouchou» du programmateur Laurent Saulnier, aussi choriste du rappeur Anodajay. À 18h, place à la relève avec notamment Éli et Papillon, Grenadine et Thierry Bruyère. Puis à 19h, c'est l'heure des «révélations» avec Chinatown, Amylie, Lisa LeBlanc et Brigitte, duo de chanteuses françaises dont le premier album, Et vous tu m'aimes, suscite déjà un buzz avant sa sortie, mardi prochain.

À 20h, la série Émergence est prometteuse avec le rock de Gazoline et Jacquemort, et les chansons tout en voix de Fanny Bloom et Caracol. En même temps, les «soirées urbaines» feront danser les gens au son du rap des Alaclair Ensemble, Maybe Watson, 1995, Twin Twin et Samian. «Les Francos m'invitent à chaque année depuis sept ans et l'an dernier, 10 000 personnes sont venues me voir», se réjouit Samian, qui tourne présentement le film Roche-Papier-Ciseaux avec Roy Dupuis. «Une expérience incroyable», dit-il.

Les «soirées chaudes» s'annoncent particulièrement intéressantes, car elles permettent aux spectateurs de voir des chanteurs établis en formule intime, soit Jérôme Minière, Kevin Parent («tout seul avec sa guitare avec ses belles chansons») et Laurence Jalbert, pour qui ce spectacle est «précieux» pour ses 35 ans de carrière.

Les «espoirs» suivent à 22h avec Sagot en solo, Patrice Michaud, Claire Denamur et le chanteur électro-kitsch montréalais Jef Barbara. Puis à 23h, c'est l'heure de «rocker» avec Galaxie, Eiffel, les Dales Hawerchuk et Canailles, pour qui c'est tout naturel de se produire en plein air, le collectif s'étant formé au parc Lafontaine. «C'est cool de jouer sur une scène plus grande. L'an dernier, on jouait sur une scène qui accueillait 300 personnes et il y a eu 1500 personnes», raconte Érik Evans.

Confiance aux étudiants

Parlant de gens dans la rue, le président Alain Simard ne craint pas que les manifestations étudiantes nuisent au bon déroulement des FrancoFolies. Il fait confiance «au jugement» des gens, car les festivals inspirent souvent une «trêve» en étant «un lieu de rencontres» collectif ouvert à tous.

C'est Pierre Lapointe en formule «plus rock» qui lance le bal avec le grand événement d'ouverture, le 17 juin, où il sera précédé de Daran, Dionysos et Les Revenants.

Toute la programmation au www.francofolies.com.