Il est de ces soirées magiques où aucun festivalier ne voudrait se voir ailleurs. C'était le cas, samedi soir, alors que Jane Birkin a littéralement conquis le public avec les mots de son regretté pygmalion Serge Gainsbourg, sublimés par l'Orchestre symphonique de Québec. Un grand, un pur, un inoubliable moment d'émotion.

NORMAND PROVENCHER LE SOLEIL

La dernière fois que la plus française des chanteuses anglaises avait célébré son ex-compagnon au Festival d'été, c'était en 1992. Le ciel était lourd, la pluie au rendez-vous. Vingt-six ans plus tard, dans un Pigeonnier rebaptisé depuis le parc de la Francophonie, la chanteuse n'a pas eu à se battre contre les éléments. Sa voix, toujours aussi fragile mais débordante d'émotion, a fait s'envoler la poésie de Gainsbourg dans la quiétude d'un magnifique soir d'été.

Lire la suite sur le site du Soleil.