Source ID:552745; App Source:cedromItem

Deux concerts d'Alain Lefèvre en hommage à Gershwin

Alain Lefèvre soulignera les 90 ans de Rhapsody... (PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE)

Agrandir

Alain Lefèvre soulignera les 90 ans de Rhapsody in Blue avec l'OSM.

PHOTO FOURNIE PAR L'ARTISTE

Caroline Rodgers
La Presse

Alain Lefèvre a joué les oeuvres de George Gershwin maintes fois, mais jamais dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal. Il n'est jamais trop tard pour bien faire: pour souligner les 90 ans de Rhapsody in Blue, l'oeuvre la plus célèbre du compositeur américain, il donnera deux concerts en hommage à Gershwin avec l'OSM, jeudi et vendredi.

«J'aime le jazz, j'en écoute beaucoup, je suis un collectionneur de disques de jazz et ça fait longtemps que j'en fais, mais il y a tout un monde entre le fait d'aimer le jazz et celui d'être un jazzman. Je n'en suis pas un. La permission que je me suis donnée, c'est de composer quelques pièces de jazz, que je vais d'ailleurs jouer au concert. Sont-elles bonnes ou mauvaises? Ce n'est pas à moi de le dire. Mais elles connaissent un certain succès.»

En plus de Rhapsody in Blue et du Concerto en fa de Gershwin, Lefèvre jouera donc ses quatre compositions jazz en compagnie de Michel Donato et de Paul Brochu, soit Philip black blue, Cool Cole, Ville-Émard la belle et Dis-moi tout. «Ce sont les oeuvres d'un pianiste classique, des pièces très encadrées, un jazz relativement conservateur.»

Concerto en fa

La pièce de résistance du concert est certainement le Concerto en fa, composé un an plus tard mais tout aussi magnifique que Rhapsody in Blue.

«Je suis de ceux qui croient que le Concerto en fa est un grand chef-d'oeuvre du répertoire. C'est une réussite totale. Tout le monde adore Rhapsody in Blue, mais personnellement, je préfère le Concerto, que j'ai joué très souvent un peu partout. Gershwin a été le premier à faire réellement des compositions classiques qui intégraient des réminiscences de jazz de toutes sortes, rythmes, cadences et ainsi de suite. Par la suite, bien d'autres compositeurs ont voulu en faire autant.»

L'OSM sera dirigé par Jean-François Rivest.

En récital

Tout de suite après ces deux concerts, le pianiste entre en studio pour enregistrer deux disques avec Analekta. Le programme de ce futur coffret est substantiel: la Sonate en fa majeur de Haydn, la Sonate no 2 en si bémol majeur de Rachmaninov, La valse de Ravel et les 24 Préludes de Chopin.

C'est ce même programme qu'il jouera le 8 juillet à l'occasion d'un récital au Festival de Lanaudière.

«Ça fait longtemps que je n'ai pas présenté un récital d'oeuvres du répertoire classique connu, dit-il. Ces dernières années, j'ai joué entre autres les 24 Préludes de François Dompierre et le Concerto de l'asile de Walter Boudreau.

«Avec ce programme plus classique, je vais donner une quarantaine de récitals un peu partout, notamment en Allemagne, aux États-Unis, en Grèce, en Chine et en Malaisie. Je vais me promener avec ces oeuvres pendant un an et demi.»

Alain Lefèvre et l'OSM, à la Maison symphonique de Montréal le 26 juin, à 20h, et le 27 juin, à 19h.

En récital au Festival de Lanaudière: le 8 juillet, à 20h, église de L'Assomption.




la boite: 1600147:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer