iD, le spectacle d'ouverture du premier festival Montréal complètement cirque, sera présenté par le cirque Éloize du 8 au 25 juillet dans un chapiteau du quai de l'Horloge: un spectacle contemporain de break dance et d'acrobaties que la troupe de Jeannot Painchaud a présenté aux médias, hier.

Éric Clément LA PRESSE

Cofondateur du cirque Éloize, Jeannot Painchaud a écrit et met en scène ce spectacle qui a été produit une première fois en Corée du Sud l'an dernier. La version montréalaise, avec 16 artistes multidisciplinaires, est plus longue, avec de nouveaux numéros et une nouvelle trame sonore, toujours réalisée par Jean-Phi Goncalves (Beast) et Alex McMahon.

 

iD est un conte urbain qui se déroule sur une place publique d'une ville occidentale, un univers de gangs de rue, de violence, de musique, de danse et de patins à roues alignées. Le spectacle plaira énormément aux jeunes, mettant en scène des artistes qui n'ont peur de rien.

Hier, Éloize a montré deux numéros qui mettent l'eau à la bouche. Le premier était exécuté par deux artistes français et un suédois. Parisien, Xuan Le est un spécialiste mondial du patin à roues alignées et a combiné ce talent à celui de la danse contemporaine. Dans le premier numéro, chaussé de ses patins, il se «bat» avec le danseur urbain Elon Höglund.

Les acrobaties prennent toute leur ampleur quand se joint à eux le Français spécialiste du vélo trial Thibaut Philippe, qui monte et saute sur tout ce qui bouge avec son deux-roues et qui part en poursuite contre le patineur dans les travées du chapiteau. Impressionnant.

Âgé de 25 ans, Thibaut Philippe a l'habitude de ces exercices de voltige. Il a commencé le VTT à 14 ans et a appris depuis à franchir tous les obstacles: rochers, troncs, câbles et carcasses de voitures. Ce n'est pas la scène du chapiteau ou le trampomur (mur " trampoline) de 6 m de haut qui lui font peur. «Il faut juste trouver le bon moment pour inspirer, dit-il. En dehors de la vitesse liée au tempo de la musique, ce serait facile car je suis à 65% de ce que je peux faire.»

Le trampomur est un accessoire très vivant du show. «Il permet de complexifier les acrobaties et de voir les artistes sous tous les angles», explique Jeannot Painchaud.

Quant à Xuan Le, né en France de parents espagnol et vietnamien, il avoue être plus à l'aise en patins qu'à pied! «Mon idée a toujours été d'utiliser les rollers comme moyen d'expression, dit-il. Et avec eux, je peux faire de la danse, du théâtre ou du cirque.»

Dans le second numéro, la contorsionniste originaire de Pologne Leilani Franco se plie dans tous les sens dans un superbe duo avec le danseur allemand de b-boying Christian «Sancho» Garmatter. Beaucoup d'équilibre, de corps qui se plient. Sancho fait tourner son corps sur sa tête pendant 10 secondes, et Leilani Franco fait également tourner ses membres inférieurs autour de sa tête alors qu'elle est couchée sur le ventre. Stupéfiant.

Jeannot Painchaud est ravi d'ouvrir le festival Montréal complètement cirque. «Mais c'est stressant, dit-il. Ça n'a rien à voir avec les autres spectacles et c'est ici que ça va être le plus difficile, car on va être scrutés à la loupe. Les critiques sont devenus spécialistes du cirque.»